Nos propositions de progrès (1/2)

Pour l’école :

Pour que tous nos enfants maîtrisent les savoirs fondamentaux, il faut poursuivre la transformation de notre système scolaire, revaloriser les enseignants, construire les solutions au plus près du terrain : nous le ferons avec une méthode nouvelle, en refondant l’école avec ceux qui la font vivre chaque jour. Ce chantier débutera par une large concertation pour discuter de la meilleure manière d’atteindre les objectifs fixés avec pour leviers de la transformation :

Un nouveau pacte pour les enseignants : de nouvelles missions et une meilleure rémunération pour ceux qui l’acceptent ;

Chaque fois que c’est possible, un enfant en situation de handicap doit être scolarisé en milieu ordinaire. Nous proposons l’augmentation jusqu’à 35 heures du temps de travail des accompagnants des élèves en situation de handicap pour les revaloriser, lutter contre les temps partiels subis, et mieux accompagner les enfants. D’accompagnant « d’élèves en situation de handicap », l’AESH deviendra un accompagnant « d’enfants en situation de handicap » dont le rôle reste essentiel en classe, mais se poursuivra entre les cours, après la classe ou pendant les vacances scolaires par exemple.

Dès la 5ème, nous mettrons en place une demi-journée « Avenir » par semaine avec un triple objectif : découvrir un large spectre de métiers, s’initier aux gestes manuels et apprendre à coder. Cette mesure est aussi une mesure de lutte contre les inégalités : alors que les élèves des milieux favorisés sont très tôt exposés aux différentes filières professionnelles, les élèves de collèges moins favorisés ont peu accès aux informations et font trop souvent des choix par défaut.

Pour faire du lycée une voie d’excellence, nous réorganiserons les filières qui ne mènent pas assez à l’emploi, augmenterons de 50% les périodes passées en stage, qui seront désormais rémunérées par l’État car tout travail mérite salaire.

Pour la santé

Pour passer d’un système qui soigne à un système qui prévient mieux nous établirons des bilans de santé complets et gratuits aux âges clés de la vie : à 25, 45 et 60 ans.

Pour les enfants, nous mettrons l’accent sur une détection précoce des écarts de développement et garantirons un médecin traitant pour tous pour lutter plus efficacement contre les inégalités à la racine.

Nous lancerons un chantier pour garantir l’accès aux soins et lutter contre les déserts médicaux en réunissant les parties prenantes pour construire des solutions locales et nationales.

Pour simplifier la vie

Beaucoup de Français ne bénéficient pas des aides auxquelles ils ont droit parce que le système est trop complexe. Avec le versement des aides à la source, l’ambition est de simplifier drastiquement notre système d’aides pour les verser directement à ceux qui en ont besoin. Près de 20 millions de personnes seraient concernées par une telle réforme. C’est une vraie révolution.

Nous mettrons en place un guichet unique pour toutes les démarches (CAF, papiers d’identité…) et un numéro unique avec une personne au bout du fil. Nos concitoyens ont le droit à un accès clair et simple aux services publics.

Pour nos ainés

Nous faisons le choix d’une société solidaire dans laquelle les actifs travaillent pour payer la retraite de leurs ainés. Nous préserverons ce modèle en réformant notre système de retraite tout en en restant fidèles aux mêmes convictions :

Universalité : en supprimant les principaux régimes spéciaux.  
Equité : en relevant la pension minimale pour une carrière complète à 1100 €.
Equilibre : en relevant très progressivement l’âge d’ouverture des droits à la retraite.

Pour pouvoir choisir de rester chez soi, nous créerons une Prime Adapt’ pour financer jusqu’à 70% des travaux d’adaptation du domicile et mettrons en place un interlocuteur unique pour l’aidant ou la personne âgée pour organiser tous les services.

Pour mieux accompagner nos aînés en EHPAD, nous recruterons 50 000 infirmiers et aides-soignants d’ici à 2027, c’est 25% de plus qu’aujourd’hui.

Partagez sur