4 ANS DE MANDAT – 4 ANS D’ACTIONS (3/9)

Comme élue locale, j’ai toujours défendu le fait que les questions d’insécurité touchent souvent celles et ceux qui vivent dans les quartiers populaires. Je pense que la première des inégalités est celle de l’insécurité.

C’est pour cela que j’avais dénoncé en son temps, les réductions massives des effectifs de la Police Nationale d’autant que notre territoire n’avait pas été épargné par des coupes sombres depuis des années, bien au contraire.

Les deux engagements forts d’Emmanuel Macron étaient de récréer des postes de policiers et également un lien de confiance entre la population et les forces de l’ordre.

De fait,  nous avons redonné des moyens humains et financiers à ceux qui nous protègent : + 10.000 recrutements d’ici à la fin du quinquennat et + 2,5 milliards d’euros pour les commissariats et les équipements.

Dans ce sens, je suis satisfaite d’avoir été entendu sur la spécificité de territoire comme le nôtre avec la création des Brigades de Reconquête Républicaine. A Roubaix et plus particulièrement sur le quartier de l’Alma, 19 policiers supplémentaires sont venus renforcer les effectifs.

Je me félicite de l’arrivée d’un Lieutenant au commissariat de Wattrelos qui démontre la volonté du Gouvernement de renforcer le lien avec la population.

Par ailleurs, toutes les mutations ont été remplacées, permettant de garantir un maintien des effectifs.

Au cours, de ces 4 années, j’ai souhaité me rendre compte de la réalité du quotidien des agents des forces de l’ordre. Et je ne peux témoigner que de leur engagement et de leur courage pour mener à bien des missions souvent dangereuses et difficiles.

Ce souci du quotidien de nos concitoyens, je l’ai porté avec plusieurs de mes collègues afin qu’on légifère sur ce fléau que sont les rodéos urbains. Je suis également à l’origine avec Dominique Baert, Maire de Wattrelos, des premières arrêtés municipaux anti-protoxyde d’azote.

Si une loi a été votée dès 2018, on doit encore persévérer dans ce domaine et plus particulièrement sur le lien avec la sanction et de fait avec la Justice.

Notre système judiciaire est  régulièrement décrié cependant il nous faut considérer que la Justice a été trop souvent le parent pauvre des politiques publiques. Le retard pris dans ce domaine est considérable et les chantiers nombreux.

Le Gouvernement a pris ses responsabilités avec une augmentation de 33% du budget de la Justice depuis 2017. C’est un effort considérable et historique.

Parallèlement, d’ici 2027, ce sont 15.000 places supplémentaires  qui seront créés dans le système carcéral.

Il serait trop long d’énumérer toutes les mesures pour simplifier et améliorer de notre système judiciaire. Tous les résultats ne sont pas encore palpables néanmoins les avancées sont significatives et tous les chantiers ouverts ne sont pas encore arriver à terme.

Partagez sur