Archives par mot-clé : Violences conjugales

Médecine légale à Roubaix : le retour d’une permanence régulière en bonne voie !

Je me bats depuis 2 ans, tout comme Francis Vercamer, député de la 7ème circonscription, pour le retour d’un service de médecine légale à Roubaix. Courrier aux Ministres de la Justice et de la santé, question posée dans l’hémicycle, courrier au directeur du CHRU de Lille ; je n’ai cessé d’alerter les pouvoirs publics locaux et nationaux sur l’importance du maintien de ce service.

Le dernier courrier que j’ai reçu de la Ministre de la Justice me conforte un peu plus dans l’espoir que nous puissions bientôt avoir une permanence régulière dans les locaux du CH de Roubaix, à raison d’une demi-journée ou d’une journée par semaine. La Ministre m’a donné copie du courrier qu’elle a adressé à la Ministre de la Santé, Mme Buzyn, dans laquelle elle se prononce en faveur de cette solution.

Le rétablissement d’une permanence régulière est une nécessité pour les Roubaisiennes et les Roubaisiens victimes de violences. Au cours du Grenelle local sur les violences conjugales que j’ai organisé le 7 octobre dernier, tous les acteurs autour de la table soulignaient l’importance du maintien de ce service pour faire constater les violences et ainsi encourager les victimes à porter plainte.

Je resterai néanmoins vigilante aux suites que la Ministre de la Santé va donner à cette proposition, ainsi qu’aux décisions qui seront prises quant à la fréquence, aux jours de permanence et au personnel qui sera mis à disposition pour assurer ces permanences. Ils devront être adaptés à la réalité des besoins des Roubaisiennes et Roubaisiens.

Roubaix : inauguration de la Maison des femmes

Samedi 19 octobre, j’étais particulièrement heureuse de me trouver à Roubaix pour procéder à l’inauguration de la Maison des femmes.

Cette structure d’accueil, d’information et d’accompagnement va jouer un rôle éminemment important pour de nombreuses femmes et leurs enfants.
La Maison des femmes arrive à point nommé pour fédérer l’ensemble des acteurs, déjà actifs, sur des problématiques que nous connaissons tous sur notre territoire. Celles-ci sont complexes et par conséquent, les solutions et les suivis des femmes en difficultés doivent s’inscrire au plus près du quotidien et dans des conditions pérennes.

Le fait de regrouper en un même lieu ces acteurs constitue une belle initiative. Ce projet novateur va permettre aux différents partenaires de mettre en avant leurs compétences propres pour accompagner au sein de la structure mais aussi à l’extérieur une vingtaine de femmes. Car outre le fait d’assurer un premier accueil et de gérer l’urgence, la Maison des femmes assure le cas échéant un accompagnement sur le long terme dans de nombreux domaines qui vont de l’insertion professionnelle à la santé en passant par le logement ou l’information juridique.

Cette initiative prend tout son sens en cette période au regard du Grenelle des violences faites aux femmes qu’à voulu le Gouvernement et singulièrement Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat à l’égalité femme/homme.

J’ai moi-même organisé, dans ce cadre, il y a quelques semaines une journée de réflexion collective. Des représentants de la Police, de la justice, de l’éducation nationale, des associations, des hôpitaux se sont retrouvés pour échanger leurs expériences, soulever les problèmes et les disfonctionnements observés. Une rencontre citoyenne a même été organisée pour discuter de ce thème de la violence faite aux femmes et partager des témoignages de victimes.

Il est ressorti de cette journée qu’il n’y avait pas une solution unique à ce problème mais des solutions adaptées à chaque situation. Chaque institution a un rôle a jouer que se soit dans l’accueil des victimes, leur accompagnement social, juridique, psychologique ou encore matériel et même leur protection physique.

Ce qui a fait l’unanimité des participants à cette journée c’est l’importance absolue du premier accueil des victimes et leur prise en charge rapide et complète. Le premier problème que rencontre les femmes qui subissent des violences et qui décident de se séparer de leur conjoint est dans la plupart des cas d’ordre matériel et financier.

C’est pourquoi, j’ai déposé, dans le cadre du PLF 2020, un amendement qui d’une part prévoit une allocation spécifique en faveur des victimes de violences conjugales et d’autre part un avantage fiscal sur la taxe foncière aux propriétaires qui accorde un bail à ces mêmes victimes.

C’est pour toutes ces raisons que je me réjouis de l’ouverture de la Maison des femmes à Roubaix. Je vais suivre avec un grand intérêt son travail et son évolution au cours des prochaines années. Vous pouvez en tout cas compter sur mon plus total soutien dans le travail si essentiel qui est le vôtre.

STOP aux violences conjugales. Un numéro : 3919

Un conjoint n’est pas un punchingball.
Victime, exercer votre droit, c’est sauver votre vie : appelez.
Témoin, parler, c’est sauver une vie : prévenez.

Vous êtes victime ou témoin de violences conjugales :

Il est primordial que ces outils aient un niveau de notoriété maximal. Partagez-les sur vos réseaux sociaux.

Résultat de recherche d'images pour "3919"

Ce 3 septembre 2019 doit marquer un vrai tournant dans la lutte contre les violences faites aux femmes et aux féminicides. Le Grenelle de la lutte contre ces véritables fléaux indignes de notre société va marquer une évolution sans précédent des dispositifs qui y sont consacrés.

En tant qu’élue à l’écoute de la population mais aussi en tant que militante, je me suis toujours engagée pour que toutes les femmes soient respectées dans toute leur intégrité chez elles, au sein de leur famille. La République a un rôle majeur à jouer pour que cette forme de violence soit bannie dans les foyers, mais aussi dans la rue.

En 2019, 101 femmes ont déjà été tuées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint. C’est inadmissible. L’année dernière ce sont 121 femmes et 13 hommes qui en ont été victimes. Sans compter les milliers de victimes potentielles qui sont soumises chaque jour à des coups physiques ou des pressions psychologiques qui ruinent d’ores et déjà des vies de femmes et d’enfants, et parfois d’hommes.

Au cours de ma carrière d’enseignante puis de directrice d’école, j’ai côtoyé des femmes, des enfants qui souffraient de ces violences intolérables qui massacrent encore aujourd’hui des familles entières. J’ai alors utilisé tous les moyens à ma disposition pour alerter, informer, prévenir toutes les instances légales et associatives pour trouver des solutions. Les résultats n’ont pas toujours été à la hauteur de mes espérances.

C’est pourquoi le 1er Grenelle contre les violences conjugales et plus généralement faites aux femmes est un moment majeur dans ce combat. Mise en place par Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’État à l’égalité entre les hommes et les femmes, cette initiative a bien sûr tout mon soutien car elle s’inscrit pleinement au cœur de mes engagements féministes.

Elle se concrétise tout d’abord par ce numéro, le 39 19 qu’il faut absolument mémoriser. C’est le numéro national d’écoute, gratuit et anonyme qui oriente les victimes et les témoins de violences. Il faut le faire connaître autour de vous-même si vous pensez que ce n’est pas utile.

Dans le cadre du Grenelle contre les violences conjugales qui commence ce jour, des temps d’échanges et de dialogue seront organisés, à Paris et en région, pour trouver des solutions réalistes et formuler des propositions concrètes. Ils dureront jusqu’au 25 novembre prochain, date de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Je serai évidemment partie prenante de ces rencontres, tout comme l’ensemble des partenaires institutionnels, associatifs, judiciaires, les professionnels de santé, du logement, pour travailler sur toutes les dimensions de ce sujet : recueil de plaintes des victimes dans les hôpitaux, mesures de renforcement pour mieux repérer et protéger les victimes de l’auteur de violences, hébergement d’urgence… Pour les personnes qui ne peuvent pas se déplacer, une adresse mail spécifique (grenelle@pm.gouv.fr) a été mise en place. Ainsi, chacune et chacun peut contribuer individuellement à cette grande mobilisation.

Vous pouvez bien évidemment compter sur moi pour relayer vos témoignages et vous informer au plus vite des dates et lieux des rencontres qui seront organisées près de Roubaix et Wattrelos.

Vous savez que ce combat est le mien. Je compte sur vous.