Archives par mot-clé : Coup de gueule

Olivier Faure : des propos abjects !!

Il est des moments quand on est un responsable politique de premier rang où il faut avoir un peu de dignité, de respect en des circonstances pénibles pour une ville en particulier et pour la France en générale et surtout savoir prendre du recul face à une situation sociale particulièrement compliquée.

Lors du débat qui s’est déroulé cet après-midi à l’Assemblée Nationale, Olivier FAURE a eu des propos abjects qui le disqualifient totalement pour le reste de la mandature.

Comment peut-il vitupérer à la tribune que le Premier Ministre ferait mieux de s’occuper de ce qu’il se passe en France et d’être aux côtés des Strasbourgeois alors même qu’il a signé la motion de censure qui oblige le Premier Ministre à être présent dans l’hémicycle.

Pire il l’accuse d’avoir « fait le choix cynique d’utiliser le drame pour mieux cacher la crise. C’est dit, c’est fait, passons ». Et bien non Monsieur FAURE, je ne passe pas !

Vous vous êtes conduit aujourd’hui comme le pire des populistes qui cherchent à exploiter à tout prix le malheur des Français. Vous étiez seulement inaudible, tant par la portée de vos propos que par la transparence de vos propositions, vous êtes aujourd’hui totalement disqualifié pour porter quelque message politique que ce soit.

En vous mettant volontairement dans les pas de toutes celles et ceux qui veulent le chaos, la fin de la République et un avenir improbable, vous faites le jeu de nos adversaires politiques et en même temps vous continuer, mais cette fois-ci avec une pelleteuse, à creuser la fosse dans laquelle la Gauche progressiste semble s’engager.

Mélenchon a souri en vous entendant car désormais il n’aura plus à rentrer dans ses outrances habituelles puisqu’il a trouvé un petit facteur pour livrer ses infamies à sa place. Et les Sociaux-démocrates qui méritent mieux que vos vitupérations continuent à se faire bouffer tout cru par les Insoumis…

Mes origines sociales, mon parcours personnel et professionnel, mes engagements associatifs de longue date font que je me considère comme une femme de gauche. Les citoyens que je rencontre dans ma circonscription qui hérite d’une grande tradition ouvrière, sont empreints de valeurs profondes de respect, de solidarité et de la reconnaissance du malheur de leurs semblables pour mieux les aider.

Par vos propos révoltants, vous étiez aujourd’hui, Monsieur FAURE, bien loin de ces valeurs.