Un Président à la hauteur des enjeux

L’intervention du Président de la République ce lundi 10 décembre montre à quel point il a compris la situation et les mesures qu’il a annoncées sont étonnantes par leur ampleur. Plus de 10 Milliards vont être consacrés à ce nouveau contrat social en plus des mesures initialement prévues. C’est du jamais vu…

Nous savions que quelque soient ces mesures elles ne pourraient pas rencontrer l’approbation de tous. Les revendications des « gilets jaunes » sont tellement diverses et concernent tant de sujets qu’il est illusoire de pouvoir y répondre immédiatement. On ne peut effacer d’un revers de main des décennies de décisions politiques qui impactent de façon durable le budget de la Nation et donc la capacité d’action de l’Etat.

Pour autant, le Président de la République a annoncé des mesures fortes pour augmenter le pouvoir d’achat notamment des plus en difficultés des ménages :

📌annulation de la hausse de CSG pour les retraites jusqu’à 2 000€,
📌 heures supplémentaires défiscalisées
📌100€ de plus par mois pour un salarié payé au SMIC
📌 versement des primes de fin d’années par les entreprises exonérées de charges…

De plus, le Grand débat national qu’il avait annoncé sera étendu à de multiples sujets : l’indispensable réflexion sur la transition environnementale, la question centrale de la fiscalité, l’organisation de l’Etat et des modes de représentations des citoyens… Tout cela se fera en lien direct avec les élus locaux et notamment les Maires pour s’assurer que toutes les opinions soient bien prises en compte.

Le Président de la République a donc choisi de tendre la main à toutes les personnes de bonne volonté. A toutes celles et ceux qui manifestent, aux élus de locaux qui réclament d’être plus entendus, aux partenaires sociaux qui ont un rôle éminent à jouer et aux citoyens qui souhaitent s’inscrire dans cette nouvelle étape de construction d’une France nouvelle.

C’est une nouvelle perspective qui s’ouvre pour toutes les Françaises et les Français. Au-delà des revendications souvent légitimes il faut savoir faire une pause et se donner les moyens de réfléchir collectivement, de débattre, d’argumenter calmement pour faire avancer ses idées ; c’est cela au fond la Démocratie.

Le Président de la République a aussi assuré, et ce n’est pas le moindre des sujets, que toutes les dérives violentes seront ferment sanctionnées. Ce vandalisme aveugle qui engendre d’énormes difficultés pour ceux qui comptaient sur leur voiture pour aller travailler, pour ces commerçants qui ne pourront ouvrir leurs magasins à cause des dégâts causés par les casseurs mais aussi à toutes les personnes qui avaient un contrat temporaire lié aux activités de fin d’année et qui sont obligés de rester chez eux.

Je suis sûre que nous avons une belle chance de repartir ensemble d’un bon pied pour faire évoluer notre société vers plus de justice sociale et de confiance dans l’avenir. Je demande à chacun de se saisir de cette opportunité.

Partagez sur

Effectifs dans le 2nd Degré « C’est un rééquilibrage »

Ce lundi, j’ai été interrogée par France Info, en qualité de rapporteuse du Budget Enseignement. Veuillez trouver, le contenu de cet entretien.

France Info : Pourquoi avez-vous décidé de sacrifier le second degré au profit du premier degré ?

Catherine Osson : Ce n’est pas un sacrifice, c’est un rééquilibrage. Il y a un choix que la majorité, le gouvernement, assument pleinement qui est de mettre le paquet sur le premier degré. On sait très bien, et toutes les études scientifiques le montre, que tout se joue dès le plus jeune âge. C’est un choix assumé.

France Info : Que répondez-vous aux syndicats qui ne comprennent pas pourquoi il y a moins de professeurs ?

C.O : Nous sommes très vigilants sur les effectifs. Il y a un effort qui a été demandé à tous les ministères, et le mieux préservé c’est celui de l’Education nationale, qui n’est sollicité qu’à hauteur de 0,2% du personnel. Nous sommes dans une situation de transition : nous mettons le paquet sur le premier degré, sur l’école de l’inclusion. Il n’y a jamais eu autant de personnes dans les écoles pour accompagner les plus fragiles. Dans cette transition, on demande un petit effort au second degré.

France Info : Les syndicats enseignants craignent que ce « petit effort » devienne un grand effort, à la veille du vote du prochain budget de l’Education nationale…

C.O : Nous revotons les budgets tous les ans. Les inquiétudes, je les entends, mais nous aurons d’autres budgets. Entre deux, nous aurons ce projet de loi dans lequel nous invitons tous les partenaires à débattre à nos côtés pour savoir quelle école nous voulons demain. Ce ne sont pas des décisions qui sont prises sur un coin de table au ministère, elles sont prises au sein de commissions qui se sont concertées avec les partenaires sociaux.

Partagez sur

Centenaire du 11 Novembre 2018

Commémoration du centenaire de l’armistice de 1918 aux monuments aux morts de Wattrelos au cimetière du Crétinier et du cimetière du centre.

Très belle cérémonie en présence des associations d’anciens combattants, des élus et de plus de 200 élèves des écoles publiques et privées de Wattrelos et de leur famille.

Les enfants ont rendu hommage avec beaucoup de dignité à nos morts pour la France en fleurissant les tombes des soldats et en chantant la marseillaise avec l’union musicale. 

Mr le Maire, dans un émouvant discours, a mis en perspective les enjeux de ces commémorations. 

Tout d’abord, le devoir de mémoire, nous vivons dans un pays libre grâce aux sacrifices de ceux qui sont morts pour notre pays. À Wattrelos c’est 778 soldats qui ont perdu la vie et 88 à tomber au champ d’honneur en 1918. 

Ensuite la barbarie de la guerre : « La première guerre mondiale,.., nous l’enseigne, elle fut une régression de l’humanité » 18,6 millions de morts dont 9,7 millions de soldats et 8,9 millions pour la population civile décimée par la famine, les maladies… et 21,2 millions de blessés. 

Enfin, les leçons de l’histoire, ce drame n’a pas suffit aux grandes puissances qui 20 ans plus tard s’engageront dans la seconde guerre mondiale qui fut 60 millions de morts. 

Alors oui, restons sur nos gardes, oui plus que jamais le monde a besoin de Paix, c’est notre devoir collectif !

Les nationalismes, les égoïsmes, les populismes, les fausses informations, la haine, le racisme et même le communautarisme avancent de plus en plus à visage découvert… c’est notre devoir à tous de ne pas céder et de lutter sans relâche contre cette peste qui n’amènera que la guerre et le chaos !

Européenne convaincue, n’oublions pas que c’est l’Europe qui nous permet de vivre en Paix.

Partagez sur