Nicolas Hulot : Surprise et déçue.

Comme tout le monde, j’ai appris lundi matin en écoutant la radio la démission « surprise » de Nicolas HULOT, Ministre d’Etat, Ministre de la Transition écologique.

En proposant ce portefeuille à une personnalité particulièrement compétente sur ce thème et capable étant donné son parcours de transcender les clivages traditionnels, le Président de la République avait voulu montrer son engagement et ses ambitions en matière de protection de l’environnement.

Cette démission ne remet aucunement en cause cette volonté forte du Gouvernement.

Mais d’ailleurs, est-ce bien une surprise ? On savait depuis des mois que ce scénario était tout à fait envisageable, l’intéressé s’étant déjà publiquement interrogé sur son appartenance au Gouvernement à la fin du printemps.

Le choix de nommer une personnalité de la société civile à un poste ministériel, on le sait, comporte toujours un risque. Le temps politique est beaucoup long ; l’action politique, si exaltante soit-elle, demande de la patience et de lourds sacrifices personnels mais aussi un engagement collectif sans faille et un sens aiguisé du compromis. C’est particulièrement vrai quand on parle de préservation de l’environnement.

C’est sans doute tout cela que Nicolas HULOT n’a pas mesurer en prenant en main le Ministère de la Transition écologique en 2017. C’est sans doute cela qu’il n’a pas intégré et qui l’a conduit à démissionner sans en parler ni Au Président de la République, ni au Premier Ministre

Pour autant, il faut rendre hommage au bilan du Nicolas HULOT Ministre qui est plus que flatteur. Il est en tous cas l’un des meilleurs de la Vème République : fin de l’exploitation des hydrocarbures et des énergies fossiles, fermeture des centrales à charbon, développement des énergies renouvelables, arrêt du projet de Notre-Dame-des-Landes, 50% d’aliments bio ou filière courte dans les cantines, interdiction du glyphosate dans les trois ans, réduction des pesticides, généralisation du chèque énergie pour les ménages les plus défavorisés, projets sur l’eau…

Le Gouvernement continuera son action dans des domaines où le travail est déjà bien avancé comme le mix énergétique, le bien-être animal, la qualité de l’air, la neutralité carbone d’ici 2050… Nicolas HULOT aurait pu poursuivre avec toutes les qualités qu’on lui connaît son travail sur ces dossiers avec le Président et le Premier Ministre dont il a lui-même salué « l’affection et le respect » dont ils ont fait preuve à son égard depuis sa nomination.

Mais il a pris, seul, la décision de s’arrêter là. Dommage pour notre environnement…

Partagez sur

Happychic… une inquiétude justifiée

Le lundi 2 juillet dernier je m’étais rendue à l’entrepôt Jules de Wattrelos pour soutenir les salariés du groupe Happychic inquiets pour l’avenir de leur entreprise et donc pour leur emploi et ceux de leurs collègues sur plusieurs sites de France. J’avais alors fait part de mon inquiétude sur l’évolution de la situation et sur les annonces probables de la Direction du groupe. Cette inquiétude était malheureusement justifiée.

Au total ce sont plus de 450 postes qui sont menacés sur l’ensemble du territoire français dont 88 sur le site du siège à Roubaix. Comme prévu, l’entrepôt historique du Mans va bien fermer à la fin de l’année prochaine supprimant ainsi 42 postes. La réorganisation totale d’Happychic prévoit en outre la fermeture d’environ 80 magasins d’ici deux ans menaçant ainsi plus de 330 emplois.

Selon les organisations syndicales, cette situation était prévisible depuis longtemps. Elles ont mis en garde la Direction du groupe sur des choix stratégiques jugés aléatoires tant en termes de prix de vente (trop chers) qu’au niveau de l’implantation des magasins en des endroits qui ne correspondent pas à la clientèle habituelle des marques ou dont les loyers sont trop élevés.

Enfin, toujours selon les organisations représentant le personnel, le fait que l’actionnaire ait fait le choix de se verser d’important dividendes (on parle de plus de 19 millions d’euros) plutôt que d’investir dans l’entreprise ou d’anticiper les difficultés prévisibles n’a pas arranger les choses. Cela aurait même précipité la réorganisation de l’enseigne et la nécessité de lancer un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) puisque plus de 460 postes seront supprimés.

Autant je peux comprendre qu’une entreprise puisse être en difficultés, qu’elle soit obligée de procéder à des restructurations menant parfois malheureusement à des licenciements, autant j’ai beaucoup de mal à admettre qu’un actionnaire puisse s’accorder des millions d’euros de dividendes et dans le même temps justifier la mise en place d’un PSE.

Les chefs d’entreprise que je rencontre lors de mes déplacements sur le terrain n’ont pas cette mentalité. Ils se sentent pour la plupart responsables de leurs salariés et quand ils sont obligés de se séparer d’un collaborateur c’est un vrai déchirement. C’est cette conception de l’entreprise, agent économique essentiel bien entendu et aussi acteur du bien-être de notre société que je défends.

Ceux-là me trouveront toujours à leurs côtés pour essayer de trouver des solutions en cas de difficultés, pour défendre l’emploi à Roubaix et Wattrelos, pour créer de nouvelles activités génératrices de progrès et de développement pour nos deux villes.

Partagez sur

Projet de Loi de Programmation Militaire… une ambition de long terme

Ce projet porte sur la période 2019-2025. Il a pour ambition de poser notre modèle d’armée prenant en compte le contexte géostratégique actuel mais aussi un futur incertain et instable.

Cette LPM a pour ambition de consolider et de rééquilibrer les 5 grandes fonctions stratégiques, de définir un socle d’autonomie stratégique du pays, de mettre l’accent sur la modernisation de notre armée et la coopération.

Ces choix politiques ont été plusieurs fois réaffirmés par le Président de la République, il s’agit maintenant de les traduire en terme de budget pour l’Armée.

Et au delà du budget, il s’agit de prendre en compte un environnement global instable où les menaces évoluent, les lieux de conflit sont mouvants et où les nouvelles technologies deviennent des enjeux à part entière.

Dans ce contexte, l’Armée Française doit être la 1ère armée dans l’Union Européenne.

C’est pour y parvenir que son budget sera porté à 2% du PIB à l’horizon de 2025.

Il en va de même en matière d’effectifs avec un effort particulier dans le domaine de la cyberdéfense et de l’action numérique.

Au final, cette loi de Programmation Militaire pourra affirmer 3 axes fondamentaux autour de l’innovation, de la modernisation et de la transformation de nos armées..

Partagez sur

Renforcer la prise en charge des jeunes vulnérables

Ce mercredi 11 juillet,  j’ai travaillée en commission des affaires sociales pour la proposition de projet de loi visant à renforcer les jeunes majeures vulnérables rapportée par Brigitte Bourguignon que j’ai co-signé.

En l’absence de soutien familial, de ressources financières et, bien souvent, de diplôme ou d’accès à un logement, de nombreux jeunes majeurs se trouvent exposés au risque d’isolement et de pauvreté.

Ces difficultés concernent en premier lieu les jeunes relevant du dispositif de protection de l’enfance lorsqu’ils atteignent l’âge de dix-huit ans. En effet, les données de l’INSEE montrent que ces derniers sont particulièrement exposés à la rue : 23 % des personnes privées de logement sont d’anciens enfants placés, alors qu’ils ne représentent que 2 à 3 % de la population générale.

Ce chiffre atteint 35 % chez les 18-24 ans. Sans soutien de la collectivité, ces jeunes les plus fragiles se voient contraints de faire appel au numéro d’urgence 115 ou aux dispositifs d’hébergement d’urgence, qui ne sont pas toujours adaptés à leur situation.

Si près de 20 000 jeunes bénéficient aujourd’hui d’un contrat « jeune majeur » conclu avec le département afin de prolonger la prise en charge au-delà du dix-huitième anniversaire, ce dispositif présente un certain nombre de faiblesses. En raison d’une ambiguïté législative, la plupart des départements considèrent que les prestations proposées par le service de l’aide sociale à l’enfance en direction des jeunes de 18 à 21 ans sont facultatives.

Cette aide est par ailleurs conditionnée à plusieurs critères qui varient d’un département à l’autre, ce qui donne lieu à des inégalités territoriales de prise en charge. Et lorsque les départements proposent un accompagnement à destination des jeunes majeurs, celui-ci est de plus en plus précaire puisque la majorité des contrats dure souvent moins de six mois. Enfin, l’aide proposée prend fin à 21 ans, ce qui ne permet pas aux jeunes concernés d’envisager sereinement l’avenir, en particulier la poursuite d’études supérieures.

En somme, la situation de ces jeunes majeurs vulnérables est marquée par un paradoxe : il leur est demandé d’être autonomes bien plus tôt que les autres jeunes, qui bénéficient d’un soutien financier et d’un logement familial jusqu’à l’âge de 25 ans en moyenne. Autrement dit, il est demandé plus (de maturité, d’autonomie) à ceux qui ont moins (de ressources, de soutiens familiaux).

La présente proposition de loi vise à renforcer l’accompagnement de ces jeunes majeurs vulnérables vers l’autonomie. Au-delà de la souffrance individuelle des jeunes concernés, il s’agit de lutter contre le gâchis économique et social et le non-sens éducatif qui en résulte, en termes d’insertion et de perte potentielle de motivation pour ces jeunes mais aussi pour les professionnels qui les accompagnent.

Il convient pour cela d’agir sur plusieurs volets : l’aide apportée doit reposer sur des critères fiables et identiques quel que soit le territoire. Elle doit permettre aux jeunes de se projeter et de construire leur avenir, sans que celui-ci soit compromis par des ruptures brutales de parcours. La réussite scolaire des jeunes vulnérables doit être davantage encouragée, et leur accès à un logement facilité. L’amélioration de leur prise en charge suppose également une meilleure coordination entre les professionnels, ainsi que l’implication, lorsque le jeune le souhaite, de personnes de confiance.

Partagez sur

L’écologie avance !

Voici la tribune que j’ai cosigné avec une centaine de mes collègues de la majorité présidentielle.

L’écologie avance !

Depuis un an, l’action du gouvernement et de la majorité présidentielle est-elle à la hauteur des enjeux écologiques ? Nicolas Hulot et les écologistes qui l’accompagnent obtiennent-ils des avancées suffisantes ? Vaste débat !

Loin de nous l’idée de faire à la place de Nicolas Hulot le bilan qu’il a annoncé faire pour cet été.

Mais, avant cette évaluation, il est utile de partager quelques éléments factuels d’appréciation. Utile à celles et ceux qui veulent se forger une conviction, à certains qui doutent et qui voudraient -et ils ont à notre sens raison- que cela avance plus vite, à quelques écologistes politiques qui aiment tant crier à l’échec dans les médias, et dont les voix se mêlent à celles des lobbies qui voudraient eux aussi notre échec.

Pour faire le bilan, il faut bien sûr d’abord considérer ce sur quoi nous nous étions engagés dans le projet présidentiel porté par Emmanuel Macron. Quelques exemples parmi d’autres : fin des hydrocarbures en France, prime à la conversion automobile et bientôt prime à la rénovation énergétique dès la réalisation des travaux, basculement programmé vers une fiscalité écologique (contribution climat énergie, diesel), développement de l’économie circulaire et hausse de la TGAP décharge, fin des véhicules essence et diesel en 2040, 50% de produits de qualité dans la restauration collective d’ici 2022, séparation du conseil et de la vente des pesticides… Tout cela est fait ou en cours. Concrétiser nos engagements était le minimum ; notons que nos prédécesseurs n’avaient pas toujours eu cette volonté, nous conduisant à l’impasse (sur la date de 2025 sur le nucléaire, sur les importations d’huile de palme).

On est allé plus loin que le projet présidentiel

Mais notre action ne s’est pas limitée à ce qui était prévu dans le projet présidentiel. One planet summit, arrêt du projet d’aéroport à NDDL, objectif de neutralité carbone en 2050, sortie du glyphosate en 3 ans, concrétisation des 6 parcs éoliens en mer avec une utile renégociation financière, baisse de la TVA pour les collectivités sur la prévention et le tri des déchets, inscription du climat et de la biodiversité dans la constitution, 20% de bio dans les cantines scolaires et triplement des surfaces en bio, plans de diversification des protéines, prise en compte des migrations climatiques dans la loi française… Quel point commun entre toutes ces avancées ? Aucune n’était prévue dans notre projet présidentiel ! Aucune. Elles vont plus loin que notre projet initial et doivent beaucoup à Nicolas Hulot.

Beaucoup reste à faire

Enfin, les prochaines semaines seront déterminantes sur des points stratégiques. Arbitrages du plan vélo (infrastructures dédiées, généralisation de l’indemnité kilométrique vélo), mesures pour lutter contre la pollution de l’air, scénario retenu pour les infrastructures routières et ferroviaires pour les 20 années à venir -et mesures liées pour en assurer le financement-, programmation pluriannuelle de l’énergie pour concrétiser un nouveau rythme de déploiement des énergies renouvelables et de diminution du nucléaire, plan biodiversité et mesures pour mettre fin à l’artificialisation des sols, lutte contre la déforestation importée… Autant d’arbitrages (et de nécessaires budgets correspondants) si essentiels pour mettre notre pays sur la voie irréversible de la transition écologique.

Nous sommes lucides : rien n’est parfait et beaucoup reste à faire. Mais c’est sur cette base que le bilan devra donc être fait. Sereinement, et en conscience. Avec en tête la seule question qui vaille : sommes-nous à la hauteur des enjeux ?

Partagez sur