Archives de catégorie : Education

Réaffirmer la primauté de l’Ecole

Ce jeudi, je suis intervenue pour défendre un amendement sur la loi sur le séparatisme pour réaffirmer la primauté de l’école de la République sur l’instruction en famille.

le texte de mon intervention :

« Le Président de la République, dans le discours des Mureaux, a rappelé combien l’école, et l’instruction publique sont au cœur de la formation des citoyens et de l’inculcation, dès le plus jeune âge, des valeurs de la République.

Il me semble, mes chers collègues, que l’émotion, légitime dans le pays ne doit pas nous amener à commettre des erreurs d’interprétation : rappelons tout d’abord la différence fondamentale entre la scolarisation à domicile, à laquelle le texte ne touche pas, et l’instruction en famille.

Dans un second temps, permettez-moi de vous dire les choses comme je les pense : croire en la République c’est faire confiance à l’institution qu’est l’école et aux fonctionnaires qui s’y engagent. Bien loin des paroles de tribune, croire en la République ce sont aussi des actes simples : mettre ses propres enfants à l’école publique comme parents, augmenter considérablement les moyens comme nous l’avons fait comme députés, bien loin des postures politiciennes. Oui, notre majorité a augmenté comme jamais les moyens de l’éducation nationale malgré un nombre d’enfants en baisse depuis 4 ans, elle créera des classes si besoin à l’avenir !

Enfin, je le dis en toute tranquillité ; le séparatisme commence là où l’exception entend s’imposer à la règle. Chacun est libre des choix d’éducation qu’il fait, et chaque enfant compte dans notre pays, mais soyons honnêtes avec nous-mêmes : comme très souvent c’est la solidarité publique, par le biais de l’Etat, qui prendra le relais des parents à un moment où à un autre. N’insultons pas, pas péché d’orgueil, la force de notre système.

C’est l’école de la République qui m’a permis de devenir enseignante, puis Députée. Ce n’est pas insulte à nos valeurs que de tout faire pour que le plus grand nombre d’enfants y accède, découvrant ainsi les fondements du « vivre-ensemble » et de la citoyenneté.

Le régime d’autorisation préalable que prévoit le Gouvernement va dans le bon sens en ce qu’il est une réaffirmation de la primauté de l’école de la République sur l’instruction en famille, je crois, Monsieur le Ministre, mes chers collègues, qu’il nous faut néanmoins mieux expliquer et préciser nos objectifs pour rassurer, c’est le sens des amendements que j’aurais le plaisir de vous proposer durant l’examen de l’article.

Je vous remercie. »

Former les 16-18 ans, un devoir de la Nation

L’éducation et la formation sont les enjeux majoritaires du quinquennat d’Emmanuel Macron. Ceux-ci sont en parfaites adéquation avec les réalités de notre circonscription.

Pour cela, il suffit de regarder, avec lucidité, quelques données dans ces deux domaines pour prendre la mesure de l’urgence de la situation dans laquelle se trouvent une majorité de nos jeunes sur Roubaix et Wattrelos.

Sur certains quartiers, plus d’un jeune sur deux sort du système éducatif sans aucun diplôme ou formation qualifiante.

Les conséquences de la crise sanitaire que nous connaissons actuellement, risquent d’aggraver la situation de ces derniers. Aussi plus que jamais, la Nation a un devoir d’offrir à ces jeunes des perspectives pérennes.

Dans ce sens, avec mes collègues de la majorité, nous avions voté à l’Assemblée Nationale une mesure historique, celle de l’obligation de formation jusqu’à 18 ans.

Cependant, plus que jamais il nous faut rester vigilant sur nos territoires et veiller à ce que l’ensemble des acteurs locaux puissent travailler ensemble pour permettre à ces jeunes de ne pas devenir la génération sacrifiée de la COVID.

C’est pour cela que j’ai co-signé cette tribune initiée par Sylvie Charrière, députée, Présidente du comité national d’orientation et d’évaluation des cités éducatives ;  Christine Cloarec, députée, Vice-présidente de l’Union nationale des mission locale ; Fiona Lazaar, députée, présidente du Conseil national de lutte contre la pauvreté et l’exclusion

« Si la confiance dans la jeunesse revient, c’est la confiance dans le pays qui sera de nouveau confortée », a déclaré Jean Castex, le Premier ministre. La réussite de notre jeunesse, c’est assurer un avenir à notre pays. L’accompagner, l’aider et la soutenir est notre responsabilité à tous. La crise sanitaire que nous traversons ne fait qu’accentuer et mettre en lumière les difficultés au quotidien de nos jeunes : se nourrir, se loger, se déplacer, se former ne sont que quelques exemples des épreuves qu’ils ont à surmonter au quotidien.£


Former notre jeunesse, c’est lui donner les clefs de sa réussite future. De très nombreuses études montrent que la qualification, la compétence, les savoir-être sont essentiels pour s’insérer durablement sur le marché du travail.


Aujourd’hui, un quart de notre jeunesse est au chômage, plus inquiétant encore, près de 40% des jeunes de moins de 25 ans dans les quartiers prioritaires restent sur le bord du chemin. La majorité s’est saisie de ce sujet de société dès 2019 et a voté la mesure historique de l’obligation de formation jusqu’à 18 ans dans le cadre de la loi pour l’école de la confiance. Cela signifie que, dès cette rentrée, tous les jeunes âgés de 16 à 18 ans devront être accompagnés vers une formation qualifiante.  C’est une mesure profondément sociale, pour lutter contre les inégalités de destin.

Compte tenu de la crise sanitaire que nous connaissons, où le nombre de jeunes en situation de décrochage va certainement augmenter, la mise en place de cette mesure dès la rentrée tombe à point nommé. En effet, combien de jeunes supplémentaires quitteront le système scolaire après en avoir été éloignés pendant 7 mois? C’est un défi immense, qui nous oblige tous.

Nous ne voulons pas de génération sacrifiée, l’heure du raccrochage a sonné!

Les financements déployés dans le cadre du plan jeunes, du plan de relance, du plan d’investissement dans les compétences  et de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté doivent venir soutenir tous les acteurs nécessaires à la réussite de cette mesure. Du repérage du jeune à l’insertion, de nombreux acteurs locaux devront travailler ensemble pour construire un parcours d’avenir qualifiant sur-mesure pour tous ces jeunes.

Nous parlementaires, sommes convaincus que cette mesure est une véritable réponse au fléau du décrochage des jeunes, amplifié par la crise de la Covid-19. Nous nous assurerons, partout sur nos territoires, qu’elle sera mise en œuvre dès la rentrée scolaire. Il en va de la réussite de notre jeunesse, de l’avenir de notre pays ! ».

Les colos apprenantes

Le confinement a mis à rude épreuve notre système éducatif. Grace à l’engagement des enseignants, des parents mais surtout des enfants, une continuité pédagogique a pu être maintenue. Il demeure que rien ne remplacera jamais l’enseignement en présentiel. C’est pourquoi le dispositif des « Colos apprenantes » est mis en place par le gouvernement pour la saison estivale, du 4 juillet au 31 août 2020.

Le principe est d’allier objectifs pédagogiques et activités ludiques tout en respectant les consignes sanitaires. Ces colonies ont pour but de favoriser le renforcement de l’apprentissage des élèves perturbé par le confinement afin d’aborder sereinement la rentrée de septembre.

Elles offrent également des activités de loisirs, culturelles et sportives pour permettre aux jeunes de pouvoir profiter de leurs vacances. Les « Colos apprenantes » sont organisées par les diverses structures de colonies de vacances qui bénéficient d’un label spécifique pour les séjours respectant le cahier des charges du gouvernement. Ces séjours sont pris en charge à hauteur de 80% par l’Etat (plafonné à 400 euros par semaine). Quant aux collectivités partenaires du dispositif, elles participent à hauteur de 20% (environ 100 euros par semaine). Les colonies sont destinées à 250 000 enfants et jeunes, de 3 à 17 ans, dont 200 000 issus des quartiers prioritaires. Ils sont également ouverts à toutes les familles qui bénéficient d’aides de droits communs comme les bons CAF, les aides de la collectivité etc.

Les « Colos apprenantes » s’inscrivent dans le cadre plus général de l’opération « Vacances apprenantes », avec des dispositifs comme l’école ouverte, le recrutement d’animateurs ou la distribution de chèques vacances. Cette grande opération a pour but de permettre à un million de jeunes de rattraper le retard pris pendant l’année scolaire en raison du Covid-19 et du confinement.

Il est possible d’inscrire son enfant en se rendant sur le site du gouvernement ci-dessous afin de choisir sa « Colo apprenante ». Il est également possible de s’adresser aux collectivités partenaires qui se chargeront de réaliser l’inscription.

Pour plus d’informations : https://www.education.gouv.fr/les-colos-apprenantes-304008

L’enseignement scolaire, 1er budget de la Nation !

Le candidat Emmanuel Macron, durant sa campagne, avait fait de l’enseignement scolaire la priorité de son mandat. Dès sa prise de fonction, le nouveau Président de la République avait demandé à son gouvernement de dédoubler les classes de CP et de CE1.

Cette volonté est le le résultat d’une conviction, celui que la première des inégalités réside dans l’accès à l’éducation, dans l’accès à la culture.

Aussi, je suis particulièrement fière de notre action dans ce domaine, avec le budget de l’enseignement qui redevient le premier budget de la Nation. On ne peut considérer cette réalité comme un simple effet d’annonce mais bel et bien d’une chance supplémentaire pour nos enfants et plus particulièrement pour ceux qui vivent dans les quartiers prioritaires.

J’ai eu l’occasion de le rappeler lors de la séance publique de l’Assemblée Nationale, ce jeudi 26 février 2020.