Tous les articles par CO

Afghanistan: la France en première ligne !

Lors de son allocution télévisée le lundi 16 août dernier, le Président de la République a clairement présenté les enjeux de l     a crise que connaît l’Afghanistan depuis plusieurs mois et singulièrement après la prise de Kaboul par les Talibans. Les images que nous avons dans les rues de la capitale et à l’aéroport sont bouleversantes et choquantes. Elles montrent la détresse et la peur d’un peuple qui craint l’arrivée au pouvoir de ceux qui avaient déjà fait souffrir le pays de 1996 à 2001.

Il faut bien sûr marquer notre solidarité avec le peuple Afghan et notamment les femmes qui risquent à nouveau de revenir à des conditions de vie moyenâgeuse. On peut légitimement craindre le pire pour toutes celles et ceux qui ont cru à la transformation de leur pays depuis 20 ans. Qu’adviendra-t-il des femmes, des civils qui ont coopéré avec la coalition internationale, des fonctionnaires qui ont travaillé pour l’ancien gouvernement ?

Il semble que les évacuations entreprises depuis quelques jours concernent également ces personnes mais on sait très bien que toutes ne pourront fuir et celles qui restent tomberont inévitablement aux mains des Talibans.

Les Talibans de 2021 ne sont plus ceux de 1996, des étudiants en théologie venus des campagnes et qui ne connaissaient rien au pouvoir et au monde qui les entourent. On le voit dans leur communication et dans leur manière d’aborder leur prise de pouvoir. Ils n’ont pas commis l’erreur de prendre Kaboul par la force de manière à ne pas fâcher davantage les pays dont ils veulent se faire des alliés.

Ils ont vaincu la première puissance du monde, les Etats-Unis, et cherche à transformer une situation de fait en situation de droit. C’est pourquoi les premières déclarations des leaders Talibans se veulent rassurantes : amnistie générale pour les fonctionnaires, droit pour les femmes de travailler « selon les règles de la Charia », constitution d’un gouvernement incluant toutes les sensibilités présentes en Afghanistan. D’ailleurs plusieurs pays comme la Chine, la Russie ou l’Iran ont commencé à discuter avec eux.

Comme l’a précisé le Ministre des Affaires Etrangères, Jean-Yves LE DRIAN, il faudra juger de la situation en fonction des actes et non pas des paroles. On est quand même en droit de s’inquiéter sur la suite des événements.

En effet, les témoignages recueillis dans les régions qu’ils ont conquises montrent que sur le fond rien n’a vraiment changer et que c’est toujours l’obscurantisme qui préside à leur décision : les filles n’ont plus eu le droit d’aller à l’école, les femmes devaient nécessairement être accompagnées par un homme pour pouvoir sortir ou aller travailler sous peine d’être fouettées, l’adultère étaient puni de lapidation et toutes les religions autre que sunnisme intégriste ont été proscrites.

Autre inquiétude, le fait que l’Afghanistan redevienne une base arrière pour les terroristes de tout poil comme ce fut le cas avant la chute du régime en 2001 et notamment Al-Qaida. Un engagement avait été pris en ce sens lors des négociations avec l’administration Trump sur le retrait militaire des Etats-Unis et un des leaders des Talibans s’est récemment exprimé dans les mêmes termes sur ce sujet. Mais jusqu’où peut-on leur faire confiance ?

On se souvient que lors du retrait des troupes américaines en Irak, malgré des engagements clairs, l’Etat islamique avait repris une telle vigueur qu’il avait fallu deux ans plus tard renvoyer des troupes pour combattre les mouvements djihadistes…

Il faut également espérer que l’arrivée au pouvoir des Talibans ne donnent des idées aux pays frontaliers et notamment l’Ouzbékistan. Le Mouvement Islamique d’Ouzbékistan qui fut longtemps l’armée de Ben Laden, d’abord membre de l’Etat Islamique, avait fui l’Afghanistan pour rejoindre les rangs des Talibans.

Il faudra donc être particulièrement vigilant à l’évolution de la situation dans ce pays et conditionner les aides au développement aux engagements des Talibans. Surtout quand les caméras des médias occidentaux auront disparu de l’Afghanistan…

COVID 19 : ne pas baisser la garde !!

La semaine dernière, le Président Emmanuel Macron a annoncé des mesures fortes et volontaires devant nous prémunir face à une quatrième vague dont le monde n’est toujours pas définitivement à l’abri.

Il nous faut le répéter sans relâche, se vacciner est avant tout une question de solidarité vis à vis de chacun, bien plus qu’un simple acte individuel. C’est une nécessité pour que nous puissions reprendre une vie quasi normale. Et ces dernières semaines, nous montrent également qu’il nous faut rester vigilant dans nos gestes quotidiens et ce d’autant plus que le chemin est encore long pour atteindre l’immunité collective.

Aussi, je ne peux cacher mon incompréhension, ma colère quand j’entends ici et là des comparaisons ignobles où l’indigne se dispute à l’abjecte. En effet, comment peut-on se laisser aller à comparer les mesures qui sont prises avec des régimes totalitaires ou pis encore avec la politique nazie.

Et que dire des appels à saccager des permanences des parlementaire devant s’exprimer cette semaine à l’Assemblée Nationale… c’est une honte !!! Et je ne parle pas même pas des menaces de mort que certains de mes collègues ont reçues !!

De telles comportements, de telles pratiques sont indignes dans une démocratie, sans compter l’injure faite à celles et ceux qui ont connu la Shoah ou qui vivent encore dans des régimes totalitaires. N’est pas résistant qui veut !!!

Cette pandémie est loin d’être terminée, au cours de ces derniers mois, le gouvernement s’est engagé totalement pour que celle-ci soit la mieux maitrisée au niveau sanitaire et que ses conséquences économiques soient les plus atténuées tant pour les entreprises que pour les salariés.

Cela ne fut possible sans l’effort collectif de l’immense majorité d’entre nous. Je me refuse croire qu’une infime minorité puisse mettre à mal par leur véhémence et leur irresponsabilité la sortie économique et sanitaire de notre pays.

C’est donc en conscience que je voterai cette semaine les mesures proposées par le Gouvernement de Jean Castex.

J’ai par ailleurs déposé deux amendements. L’un demandant qu’en cas de de présentation d’un justificatif de statut vaccinal concernant la covid-19, aucun autre document ne peut être demandé. L’autre permettant aux entreprises, non concernées par l’extension du  pass’sanitaire, qu’elles puissent s’y inscrire si elles le souhaitent.

Agriculture, mer: des emplois d’avenir !

Les emplois de la mer et de l’agriculture sont notre avenir : ils sont au cœur de la priorité gouvernementale depuis 4 ans, ils sont une chance pour l’emploi mais aussi et surtout pour la transition écologique !

Des emplois verts et en nombre !

Chaque année, ce sont plus de 210 000 jeunes qui rejoignent l’enseignement agricole pour se former aux métiers du vivant. C’est une véritable force sur laquelle nous devons nous appuyer pour bâtir ensemble l’avenir de notre pays : comme rapporteure des crédits de la mission enseignement scolaire, au sein de la commission des finances de l’Assemblée nationale je n’ai cessé, et continuerai défendre l’enseignement agricole qui présente des débouchés importants vers l’emploi.

De manière générale, en France, les métiers du vivant, deuxième secteur d’emploi de France, représentent 3,4 millions d’emplois, dont 1,2 million dans l’agriculture, 550 000 en agroalimentaire, 400 000 dans la filière bois-forêt, 100 000 en filière élargie de la pêche. Les employeurs ont des projets de recrutement en augmentation dans tous les secteurs et à tous les niveaux de qualification, dans un volume permanent de 70 000 postes à pourvoir.

Un plan de relance ambitieux en la matière !

Le volet transition agricole, alimentation, forêt, pêche et aquaculture du plan de relance, doté de 1,2 milliard d’euro, permet de déployer des moyens à la hauteur d’un enjeu majeur : la reconquête de notre souveraineté alimentaire. La transition agroécologique et l’adaptation au changement climatique sont des leviers essentiels pour réduire nos dépendances.

France Relance mobilise également 440 millions d’euros pour le secteur maritime, afin de renforcer les filières de la pêche et de l’aquaculture : développement d’une pêche et d’une aquaculture durables et innovantes, protection de l’environnement et de la biodiversité, développement des technologies, des industries de la mer, des infrastructures maritimes et de la formation.

Le secteur recrute : vous êtes intéressé ? Rendez-vous sur entrepreneursduvivant.gouv.fr

le Rassemblement National Battu !

Même si on pouvait s’y attendre après les appels à faire barrage au Rassemblement National émis cette semaine par certains candidats battus au premier tour, les résultats de l’élection départementales de Roubaix 2 constitue une belle victoire pour le binôme Benjamin Cailleret/Soraya Fahem.

Avec une participation en légère hausse (+856 électeurs au second tour), on pouvait se demander vers qui irait ces voix. La réponse est venue sans tarder et les résultats des premiers bureaux dépouillés montraient un net avantage au duo Cailleret/Fahem.

Au final, ils totalisent 61.4% des voix contre 38.6 au RN.Au premier tour, ils accusaient un retard de 804 voix et ils ont fini ce second tour avec une avance de 2222 voix. En effet, ils enregistrent un gain de 3987 voix contre une progression de 961 entre les deux tours pour le RN.

C’est donc une victoire nette et sans bavure qui a été permise grâce à un bon report de voix des candidats républicains et une remobilisation timide mais décisive de certains électeurs.Je veux par ailleurs me réjouir, même s’il reste à un niveau élevé, de la baisse généralisée des scores du Rassemblement National et le fait qu’il n’ait gagné aucune région et très peu de cantons dans notre département et en France.

Contrairement à la petite musique que jouent certains politiques et commentateurs, il semble que le front républicain ne soit pas mort mais au contraire bien réel comme on a pu l’observer dans d’autres cantons et régions dans toute la France. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour la démocratie dans notre pays.

Je remercie toutes celles et ceux qui se sont mobilisés pour obtenir ce résultat favorable pour les habitants de notre canton et singulièrement Dominique Baert, Maire de Wattrelos qui s’est une fois de plus particulièrement impliqué dans cette élection.

Même s’il semble qu’une majorité de Droite se dessine dans l’assemblée départementale, il faudra compter sur nos représentants pour y faire entendre la voix des Wattrelosiens et des Roubaisiens et défendre les intérêts de notre canton.

Une Abstention inquiétante.

Les élections départementales et régionales du dimanche 20 juin dans le canton de Roubaix 2 ont enregistré, comme partout dans notre région et en France, un taux d’abstention très inquiétant.

Au-delà des résultats bruts de ces scrutins, il conviendra de les étudier sérieusement et de s’interroger sur ce phénomène certes pas nouveau mais qui prend aujourd’hui une ampleur inédite, surtout dans l’électorat jeune, qui ébranle les fondements de notre démocratie et rend bien compliqué l’analyse de ce scrutin.

Sans surprise, même si on doit le déplorer, c’est le Rassemblement national qui arrive en tête avec 30.22% et sera donc présent au second tour. Il faut toutefois noter une forte baisse de son score par rapport à 2015 tant en nombre de voix qu’en pourcentage (-5000 voix et – 13%). Elle est bien plus importante que pour les autres candidats en lice.

L’autre binôme qualifié pour le second tour est celui que je soutiens constitué par Benjamin Cailleret et Soraya Fahem. Avec un score de 21.6%, ils ont réalisé un résultat honorable, dans un contexte de division, qui les place en situation de remporter ce canton malgré l’imposture de deux candidats qui se sont prévalus de soutiens politiques qu’ils n’avaient pas. Cette manière de tromper les électeurs est inadmissible et contribue à semer le doute dans une situation déjà bien compliquée.

Je regrette notamment le manque de responsabilité d’élus locaux qui pour des ambitions personnelles ont négligé le risque RN. J’en prends acte. Je consacrerai cette semaine à essayer de convaincre les abstentionnistes, notamment les jeunes qui ne sont pas mobilisés, de retrouver le chemin des urnes pour faire barrage à l’extrême droite bien sûr mais aussi pour défendre une certaine idée de la politique et un projet pour notre Département plus juste, plus solidaire et plus ambitieux.

J’en appelle aux électeurs qui ont voté au premier tour pour des candidats républicains. Il faut nous rassembler, au-delà de nos divergences légitimes, autour de Benjamin Cailleret et Soraya Fahem pour éviter que notre canton ne tombe entre les mains d’élus dangereux pour les plus démunis de nos concitoyens, totalement déconnectés du terrain, de notre vie quotidienne et qui se sont montrés complètement absents et incompétents dans leurs mandats précédents, au Conseil Régional et au Conseil Municipal de Wattrelos.