Nos propositions pour nos Enfants

Notre projet :

Dès 2017, nous avons tout mis en œuvre pour mettre un terme au long déclin de notre école. Pour autant, notre système n’est pas encore à la hauteur de notre ambition, de notre histoire, des défis qui attendent notre pays.

Nous voulons que l’école soit un creuset de réussite. Nous voulons mettre fin au déclassement de nos enseignants et leur faire davantage confiance. Nous voulons faire ensemble l’école de la République. Pour former des citoyens, faire s’épanouir les enfants, préparer aux métiers de demain, il faut poursuivre la transformation, avec une méthode nouvelle, en refondant l’école avec ceux qui la font vivre chaque jour parce que ce chantier est celui de la République.

Nos propositions :

Construire le chantier de l’école, avec vous :

  • L’école, ce n’est pas l’affaire d’un ministère, ce n’est pas que l’affaire des professeurs, ni des familles, ni des élèves, ni d’un candidat. L’école, c’est l’affaire de toute la République. Alors, nous réunirons une conférence de toutes les parties prenantes déclinée sur tout le territoire pour construire l’école de demain, ensemble, pour trouver les solutions, ensemble.
  • Nous avons des ambitions pour ce chantier : former mieux, donner les mêmes chances à tous, mieux reconnaître les enseignants.
  • Nous construirons ensemble les leviers qui permettrons de réussir : plus de transparence pour les élèves et leurs parents, plus de liberté pour les établissements à qui l’on doit pouvoir faire confiance car eux savent quels sont leurs besoins en matière de méthode, d’organisation interne ou de recrutement, un pacte proposé à tous les enseignants pour mieux rémunérer ceux qui acceptent de nouvelles missions pour pouvoir par exemple remplacer systématiquement les absences ou d’accompagner les élèves davantage sur le périscolaire par exemple.

Mettre l’accent sur les fondamentaux

  • L’école, c’est d’abord les fondamentaux. Si les évaluations montrent que le niveau de nos élèves remonte et ce malgré les difficultés liées à la pandémie, il faut faire davantage.
  • Nous proposons d’augmenter les heures de français et de mathématiques en primaire et en 6ème et mettre les mathématiques dans le tronc commun du lycée, toutes filières confondues. Nous voulons que chaque enfant ait en main les clefs et les connaissances suffisantes pour choisir sa voie.
  • Plus de sport : 30 minutes par jour en primaire dès 2022, 2 heures en plus par semaine au collège. Une mesure qui a commencé à être déployée et qui sera généralisée pour lutter contre la sédentarité, apprendre à prendre soin de sa santé, apprendre la vie en société au travers des valeurs sportives.

S’assurer du bien-être à l’école

  • L’école est au cœur du quotidien de nos enfants. Nous souhaitons donc qu’elle leur permette de s’épanouir.
  • Notre ambition pour l’inclusion sera amplifiée. Nous augmenterons jusqu’à 35 heures le temps de travail des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH). Une solution qui permet de les revaloriser et de mieux aider les enfants, y compris sur le temps périscolaire.
  • L’enfance doit être préservée, l’école doit être un de savoir-vivre. Il est hors de question d’ignorer les problèmes de harcèlement scolaire et cyberharcèlement et de laisser les victimes seules. Nous pérenniserons les dispositifs d’écoute et d’alerte déjà mis en place. Un contrôle parental des écrans sera systématiquement proposé à l’installation pour limiter notamment l’accès aux réseaux sociaux des plus jeunes.

Aider à l’orientation

  • L’école n’est pas une fin en soi et permet également de préparer l’avenir. C’est pourquoi nous souhaitons que nos enfants découvrent les métiers plus tôt pour mieux choisir plus tard. Nos enfants ont une mauvaise représentation du monde professionnel. Ils méconnaissent la variété des métiers. Résultat, c’est souvent le fruit d’inégalités entre ceux qui ont accès à l’information et ceux qui ne savent pas où aller ni comment, entre ceux qui se croient capable et ceux, souvent celles, qui s’autocensurent.
  • Tous les enfants découvriront, de la 5ème à la 3ème, plusieurs métiers. Nous valoriserons les métiers manuels qui sont aujourd’hui discrédités alors qu’ils sont essentiels. Nous préparerons nos enfants aux métiers du numérique alors que la France est à la traîne sur le sujet, alors que c’est une compétence essentielle du monde de demain.
  • Nous ferons du lycée professionnel une voie d’excellence. L’apprentissage était sous-développé, mal-vu. Nous avons changé la donne. Il est temps de reproduire cette réussite pour le lycée professionnel. Les périodes de stage augmenteront de 50% et seront rémunérées pour que leur coût pour les familles ne soit plus prohibitif. Nous renforcerons les formations qui conduisent à l’emploi et régulerons celles qui n’insèrent pas suffisamment parce que le lycée ne doit pas être une voie de garage. Nous nous assurerons que ceux qui veulent poursuivre leurs études le puissent parce que leur expérience est précieuse. Nous créerons des places dans les filières professionnalisantes du supérieur car nous pensons qu’on doit pouvoir devenir ingénieur après un lycée professionnel et que c’est une chance pour tous.
Partagez sur