Appel aux sociaux démocrates.

Avec 31 de mes collèges parlementaires de Territoires de Progrès, j’ai co-signé cette tribune pour que les vrais sociaux démocrates rejoignent Emmanuel Macron.

Il est important que nous puissions faire vivre ensemble nos idées et que nous puissions approfondir les avancées sociales de ce premier mandat.

Tribune :

Le « spectacle », à gauche, de ces dernières semaines montre que les organisations politiques sont mortelles alors que les idées, elles, pour peu qu’on le veuille vraiment, ne le sont jamais. La social-démocratie, après l’avoir longtemps repoussé, par déni de la réalité ou prédominance néfaste des ambitions personnelles, est arrivée au moment qui impose un constat lucide : son organisation partisane traditionnelle n’est plus opérationnelle.

Pour autant, ses valeurs, ses combats ont encore toute leur actualité, et même toute leur acuité. Après un premier virage en 2017, la social-démocratie est bel et bien face à un tournant historique, un « Bad Godesberg » comme on disait dans l’ancien temps.

Ce constat, il faut le faire sans amertume, ni regrets. Ne tirons pas de trait dépréciateur sur le passé. La gauche historique a fait beaucoup pour la justice sociale dans notre pays. Ne rejouons pas la querelle des anciens et des modernes, pour savoir qui a gagné – quelle importance! – mais pensons à l’avenir de notre pays, à comment, dans ce moment de crispation identitaire, de retour brûlant de la réaction, continuer d’avancer sur le chemin des progrès. Des progrès qui améliorent concrètement la vie des gens.

Pour cela, soyons pragmatiques. Posons-nous les bonnes questions. Voyons qui a fait, et qui, demain, pourra faire davantage. La réalité, c’est qu’au cours du quinquennat qui s’achève, beaucoup a été accompli, avec des avancées que la gauche elle-même n’avait osé espérer, ni même imposer.

Citons : la parité dans les investitures aux élections législatives qui s’est traduite par une évolution sans précédent de notre représentation nationale, la création de la cinquième branche de la sécurité sociale, pour une meilleure prise en charge de la dépendance, la mise en place du reste à charge zéro pour les prothèses dentaires, auditives mais aussi pour les lunettes, la meilleure prise en compte de la santé mentale, la revalorisation de 100 euros des minima vieillesse et de l’allocation adulte handicapé, la hausse de l’allocation rentrée pour les familles les plus modestes, le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les réseaux d’éducation prioritaire, tellement important pour l’égalité des chances.

Mais aussi des moyens pour nos hôpitaux et les soignants, pour la sécurité et la promotion de nos valeurs républicaines face aux poussées séparatistes. Ou encore, l’ouverture de la PMA à toutes les femmes.

La vérité, c’est que demain, c’est la majorité actuelle, avec sa diversité, qui pourra aller plus loin. Alors, à tous les sociaux-démocrates qui s’interrogent encore : pour la France, franchissez le pas! »

Partagez sur