La sécurité, un enjeu de notre quotidien.

Depuis mon élection en qualité de Députée de la 8ème circonscription, j’ai eu toujours eu à cœur de défendre l’idée que si la sécurité était l’affaire de tous, elle était peut-être une des priorités dans les quartiers populaires au même titre que le combat contre le chômage.

Car comme l’a à juste titre rappelé notre Président : « La violence s’ancre d’abord dans les quartiers les plus pauvres, parfois délaissés au point que les difficultés économiques et sociales se sont enkystées, elle touche d’abord les plus modestes. Tous ont le droit de prétendre à une vie calme, où qu’ils habitent. Je me bats pour le droit à la vie paisible. »

Cette conviction m’anime depuis que j’ai commencé ma vie de militante. C’est pourquoi je me suis très vite investie sur ce terrain à mon arrivée à l’Assemblée Nationale.

Investissement qui s’est traduit dès 2018 avec la loi luttant contre les rodéos urbains que j’ai co-portée avec plusieurs de mes collègues

C’est aussi être régulièrement aux côtés des forces de police pour entendre et comprendre les difficultés de leur métier.

Alors contrairement à la droite qui n’a eu de cesse de diminuer le nombre d’agents dans les forces de l’ordre ou dans la Justice entre 2007 et 2012 ; Emmanuel Macron et les Députés de La République en Marche mettent leur discours en actes :

Et il me faut rappeler les faits depuis le début de ce quinquennat où la politique de sécurité du quotidien s’est traduite par :

👉 des renforts en effectifs dans les quartiers de reconquête républicaine, confrontés à une délinquance plus importante en matière de trafics de stupéfiants en notamment

📍Concrètement, c’est la mise en place de 58 quartiers de reconquête républicaine.

👉 des forces de l’ordre plus présentes sur le terrain et disposant de davantage de moyens

📍Concrètement, c’est 10.000 policiers et gendarmes de plus sur le quinquennat (dont 6.200 déjà recrutés)

👉 une lutte accrue contre toutes les formes de menace (terrorisme, séparatisme, délinquance, violences intrafamiliales etc.)

📍Concrètement, c’est une baisse de plus de 20% des atteintes aux biens sur l’ensemble du territoire et autour de 15% dans les QRR depuis 2017

👉 le maintien d’une offre culturelle, sportive, éducative, associative diversifiée et républicaine.

Voilà la réalité de nos engagement auprès de ceux qui sont les premières victimes de l’insécurité dans leur quotidien !!

Partagez sur