Grenelle Violences conjugales : 100 propositions faites à Marlène Schiappa avec mes collègues LREM

Ce mardi, nous avons reçu Marlène Schiappa à l’Assemblée pour lui remettre un carnet de propositions pour lutter contre les violences conjugales, fruit de 14 ateliers de travail organisés dans les régions de France avec mes collègues députés de la République en Marche.

Remise du carnet de proposition des députés LREM à Marlène SCHIAPPA
Mardi 5 novembre 2019

Le 7 octobre dernier, j’avais organisé, avec mon collègue Dimitri Houbron, un « Grenelle local Hauts-de-France », à Roubaix et à Wattrelos. La journée était constituée de tables-rondes, auxquelles ont pris part toutes les institutions et associations concernées par la lutte contre les violences conjugales, et s’était conclue par un atelier citoyen à Wattrelos.

L’image contient peut-être : texte
Image
Atelier citoyen à l’Espace Friterie du Moulin de Wattrelos, lundi 7 octobre, dans le cadre du Grenelle « Hauts-de-France » organisé avec Dimitri Houbron.

Ces 100 propositions sont le fruit d’un intense travail d’écoute, d’échanges, de co-construction. Je suis fière d’y avoir activement participé.

Afin que ces propositions soient suivies par des actes, je déposerai, dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances, un amendement visant à instituer un crédit d’impôt pour les personnes qui hébergent des victimes de violences conjugales.

Le problème n°1 des victimes de violences conjugales aujourd’hui, c’est l’absence de solutions d’hébergements. Le Gouvernement s’est engagé à la création de nouveaux hébergements d’urgence, ce qu’il faut saluer. Mais les victimes elles-mêmes appréhendent ou craignent les conditions de vie dans ces hébergements d’urgence ; elles ne sont pas prêtes à plaquer leur conjoint violent et restent au domicile conjugal.

Mon amendement contiendra 2 volets pour remédier à cette situation :

  • d’une part, la création d’un crédit d’impôt, présenté dans l’amendement, pour mobiliser le parc privé et accroître l’offre de logements disponibles pour les victimes de violences conjugales ;
  • et, d’autre part, une proposition de création d’allocation, présentée en exposé des motifs, pour accompagner les victimes de violence entre le dépôt de plainte et l’ordonnance de protection et pour les solvabiliser auprès des bailleurs. Ce deuxième volet, complémentaire et nécessaire à l’efficacité du premier, serait le travail du Gouvernement.
Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *