Muncipales 2020 : mon appel aux femmes !!

Le point le plus positif quand on est Députée c’est qu’on rencontre beaucoup de monde. Lors de mes visites de terrain ou dans des réunions associatives, sur les braderies ou les marchés, à ma permanence parlementaire pour des rendez-vous, j’ai l’occasion de mesurer les difficultés que rencontrent nos concitoyens mais aussi d’apprécier l’engagement de beaucoup d’entre eux dans l’animation de nos associations et nos villes. Pour être tout à fait juste, j’aurais d’ailleurs dû écrire beaucoup d’entre elles.

Les femmes représentent l’immense majorité des personnes que je rencontre dès qu’un problème se pose dans une famille mais souvent aussi parce qu’elles sont seules à gérer leurs difficultés. Dans les associations que je rencontre, ce sont souvent des femmes qui font en sorte que les choses se passent bien alors que les hommes se partagent les responsabilités officielles. Indispensables mais presqu’invisibles.

Les élections municipales qui vont se dérouler l’année prochaine doivent être l’occasion pour toutes ces femmes d’affirmer leur présence et leur importance dans notre vie collective. Dans l’espace politique, qui se doit d’être le reflet de notre société, je vois bien que la place des femmes reste mineure. Les combats menés par les femmes depuis la Révolution française en passant par le droit de vote ou les conquêtes obtenues après mai 1968 (le droit à l’avortement notamment) sont à l’origine des plus grandes avancées sociales de notre pays.

Bien sûr la loi sur la Parité a permis des avancées. Mais si on regarde bien les faits, nous sommes encore loin de la vraie parité. La réussite des femmes en politique est encore considérée aujourd’hui comme une sorte de hasard qui ne devrait donc pas se reproduire.

Les freins psychologiques et culturels sont encore bien tenaces. J’entends toutes les semaines sur les bancs de l’Assemblée Nationale des propos clairement sexistes qui montrent bien qu’il reste beaucoup de travail à accomplir pour tendre vers une vraie égalité.

Pour beaucoup d’hommes politiques voire de médias, je le constate régulièrement, nous sommes toujours sous la Troisième République. Les femmes s’occupent du foyer et de l’éducation des enfants et les hommes se chargent des choses sérieuses : l’argent et la politique.

Qu’un homme ait de l’ambition c’est bien normal mais qu’une femme l’affiche et on s’en prend à son allure, à son mode de vie, à la couleur de sa robe… Les commentaires à leur encontre sont sexistes, blessants voire humiliants.

Un homme qui a perdu des élections se représente très souvent à d’autres échéances sans complexe, une femme on lui dit que c’est terminé.

Dans le même temps, j’ai remarqué lors des réunions qui se sont déroulées dans le cadre du Grand débat que beaucoup de femmes étaient présentes et que finalement peu d’entre elles ont pris la parole. C’est regrettable mais tellement révélateur du poids historique de la mainmise des hommes sur tout ce qui touche au débat politique.

Nous, les femmes, avons un rôle important à jouer dans ces élections municipales de 2020 !

La politique surtout localement ne doit pas être l’apanage viril et sans contestation de ceux qui en ont la charge jusqu’à présent. Il est important que nous prenions la parole, que nous soyons présentes dans les instances de décisions à tous les niveaux.

Ce que j’observe aujourd’hui, c’est que se sont des hommes rompus à la vie politique qui organisent les préparatifs des élections municipales. Que dans la presse, ce sont toujours des hommes qui s’expriment. Ce n’est pas un jugement de fond mais juste un constat.

C’est pourquoi je lance un appel à toutes ces femmes qui sont engagées dans la vie associative, dans des actions de quartier, qui ont envie de s’impliquer avec un pouvoir de décision dans la vie de leur ville à prendre la parole : Je veux décider, je suis candidate !

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *