Jamais l’Europe n’a été autant en danger

« Jamais, depuis la Seconde Guerre mondiale, l’Europe n’a été aussi nécessaire. Et pourtant, jamais l’Europe n’a été autant en danger ».

A quelques semaines des élections européennes, le Président de la République a souhaité s’adresser à tous les citoyens d’Europe, dans l’ensemble des journaux de l’Union européenne, car nous vivons un moment d’urgence et de choix. Du 23 au 26 mai prochains, les citoyens européens choisiront leurs représentants, et les institutions européennes seront renouvelées; au même moment, pour la première fois, un Etat s’apprête à quitter l’Union européenne. Le Brexit traduit une colère qui gronde partout en Europe. La réponse à cette colère n’est pas dans le rejet de l’Europe sans projet de rechange; ce repli nationaliste n’apporte aucun supplément de protection et de souveraineté aux peuples d’Europe. Mais le statu quo n’est pas tenable. Il faut accélérer la refondation de l’Union européenne en retrouvant l’âme de l’Europe : liberté, protection, progrès.

Le Président de la République a voulu, par cette adresse, porter la vision d’une Renaissance européenne, appuyée sur des propositions concrètes dans l’esprit de son discours de la Sorbonne, et appeler les citoyens à la mobilisation dans un moment décisif pour notre Europe.

Défendre notre liberté

  1. Créer une Agence européenne de protection des démocraties, pour protéger le processus électoral dans les États membres contre les cyberattaques et les manipulations.
  2. Interdire le financement des partis politiques européens par des puissances étrangères en renforçant la législation européenne existante
  3. Bannir d’Internet tous les discours de haine et de violence, au-delà de la seule propagande terroriste (racisme, antisémitisme, pédopornographie…)

Protéger notre continent

  1. Remettre à plat l’espace Schengen, pour que ceux qui y participent respectent des obligations de responsabilité (contrôle rigoureux des frontières) et de solidarité (une même politique d’asile, avec les mêmes règles d’accueil et de refus), sous l’autorité d’un Conseil européen de sécurité intérieure.
  2. Etablir un traité européen de défense et de sécurité, avec une liste d’engagements ambitieux, en matière de dépenses militaires ou de solidarité concrète en cas d’agression, et un Conseil de sécurité européen réunissant les Etats les plus ambitieux.
  3. Garantir une juste concurrence, en réformant nos politiques commerciale et de concurrence, pour faire émerger de grands acteurs européens, protéger nos standards (environnementaux par ex.) et assurer une vraie réciprocité.

Retrouver l’esprit de progrès

  1. Créer un « bouclier social », pour garantir une même rémunération sur le même lieu de travail et un salaire minimum adapté à chaque pays
  2. Renforcer nos engagements pour le climat et la santé, en fixant des objectifs ambitieux (0 carbone en 2050, division par deux des pesticides en 2025) et adaptant nos outils ( Banque européenne du climat, force sanitaire européenne, évaluation scientifique indépendante des substances dangereuses).
  3. Faire de l’UE une puissance d’innovation : le prochain cadre financier pluriannuel doit permettre d’augmenter les financements pour l’intelligence artificielle et le Conseil européen de l’innovation ; l’UE doit aussi être une puissance de régulation, qui, comme pour les banques, crée une supervision européenne pour les géants du numérique (sanction accélérée des atteintes à la concurrence, transparence de leurs algorithmes…).

Pour identifier les réformes nécessaires et leur support (nouvelle législation, changement de traité…), une Conférence pour l’Europe réunissant des représentants des institutions et associant des panels citoyens pourra se tenir à partir de l’automne 2019 et proposer une feuille de route pour l’UE.

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *