Réponse à ma question écrite sur l’extension de la liste des langues et cultures régionales enseignées au picard

J’avais sollicité M. le Ministre de l’Éducation nationale pour envisager l’extension de la liste des langues et cultures régionales enseignées au picard.

Voici la réponse qui m’a été apportée :

Le ministère de l’éducation nationale est attaché à la préservation et à la transmission des diverses formes du patrimoine linguistique et culturel des régions françaises. La circulaire n° 2017-072 du 12 avril 2017 a rappelé cet attachement ; elle contient, en outre, la liste des langues vivantes qui font l’objet d’un enseignement de langue et culture régionales de l’école primaire au lycée. L’inscription d’une langue dans cette liste n’est toutefois pas un préalable à leur présence dans le parcours scolaire des élèves, mais plutôt l’aboutissement d’une introduction progressive. Conformément à l’article L. 312-10 du code de l’éducation, qui dispose que les modalités de cet enseignement facultatif sont « définies par voie de convention entre l’État et les collectivités territoriales », ce sont les académies d’une aire linguistique concernée, en lien avec les collectivités, qui peuvent décider, dans le cadre de leur politique académique des langues vivantes, d’introduire une langue et de lui ménager telle ou telle place, sous différentes formes, dans la scolarité des élèves.  La création de l’enseignement d’une langue vivante régionale nécessite, au préalable, une expertise scientifique et pédagogique. Une grande variabilité dialectale, l’absence de standardisation, de norme et de stabilité linguistiques et graphiques, ou encore la faible production de littérature contemporaine dans la langue concernée sont autant de limites pour envisager un enseignement à l’école. Cependant, la sensibilisation à la langue et à la culture picardes peut, dès à présent, trouver place à l’école à de nombreuses occasions et dans des configurations diverses. Cette sensibilisation peut ainsi intervenir en classe, durant le temps scolaire, dans le cadre de plusieurs enseignements, notamment l’histoire, les enseignements artistiques et l’histoire des arts, ou encore le français. Selon les termes de l’article L. 312-11 du code de l’éducation, les professeurs des premier et second degrés peuvent « recourir aux langues régionales, dès lors qu’ils en tirent profit pour leur enseignement. Ils peuvent également s’appuyer sur des éléments de la culture régionale pour favoriser l’acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture et des programmes scolaires ». Cette possibilité paraît particulièrement riche de potentialités en cours de français : d’une part, en raison de la proximité linguistique du picard et du français ; d’autre part, en raison de la valeur patrimoniale de la littérature en langue picarde, particulièrement de l’époque médiévale. A l’école primaire, la sensibilisation à la langue et à la culture picardes peut aussi faire l’objet d’activités éducatives et culturelles complémentaires conduites durant le temps périscolaire, en lien par exemple avec des associations locales bénéficiant d’un agrément pour intervenir en milieu scolaire.
Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *