Visite de la plateforme logistique d’Anzin

Depuis juillet 2017, à la demande de François de Rugy, je représente l’Assemblée Nationale au Conseil de surveillance de la société du Canal Seine-Nord Europe (CSNE). A ce titre, je m’intéresse à tout ce qui touche de près ou de loin à ce projet structurant pour notre région, tant en termes d’emploi que de développement économique et durable.

C’est ainsi que j’ai répondu favorablement à l’invitation du Groupement d’Entreprises Régionales d’Intérêt Fluvial (GERIF) et de son Délégué Général Christian DECOCQ à visiter la plateforme logistique LOG’S d’Anzin dirigée par Franck GRIMONPREZ et adhérente au GERIF.

J’ai pu, à l’instar de plusieurs élus locaux (Député, Maires, représentants d’Intercommunalité), entendre les dirigeants du GERIF rappeler l’importance capitale du projet CSNE au regard du développement de notre région et en découvrir la génèse. Un moment très intéressant et un éclairage nouveau pour moi qui m’ont permis de resituer les enjeux de ce projet dans un cadre régional mais aussi local.

La visite guidée de la plateforme logistique, impressionnante tant de par sa taille (100 000 m² !) que par son organisation (120 salariés à temps plein et une quarantaine d’intérimaires), a clairement montré l’intérêt du transport fluvial. En termes de coût mais aussi de préservation de l’environnement.

Par exemple, ce mode de transport consomme 2,5 à 5 fois moins de carburant que tous les autres. Le transport d’un chargement de 1 500 tonnes va générer trois fois moins de CO² que si on l’avait effectué par la route. Autre illustration, 1 kilo- équivalent pétrole consommé permet de transporter une tonne sur 285 kilomètres sur un bateau et seulement…50 kilomètres par camion.

On le voit bien, ce projet du CSNE, largement financé par l’Europe est fondamental pour le développement de notre région. Ce sont des milliers d’emplois directs ou indirects qui seront créés de manière durable. Le développement de zones dans lesquels l’activité industrielle a disparu sera relancé.

Enfin, les chiffres indiqués le montrent bien, une fois le projet abouti nos autoroutes et nos routes seront libérées de la circulation de milliers de camions, renforçant ainsi la sécurité routière et diminuant de manière drastique l’impact négatif du transport par route sur notre environnement.

Autant de bonnes raisons de soutenir avec détermination le projet du Canal Seine-Nord Europe comme je le fais avec mes collègues du Conseil de surveillance.

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *