2 ans !

Depuis 2 ans, ma priorité en tant que députée, c’est l’école. L’objectif :
lutter contre le déterminisme et les inégalités de destin dans les quartiers, avec le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP et REP+,
tendre vers l’accueil de tous les enfants grâce à l’école inclusive,
donner aux jeunes plus de choix dans leur orientation grâce à la réforme du bac.

2 ans en tant que députée à l’Assemblée, c’est :

  • 4 rapports sur l’Enseignement scolaire à la commission des finances, soit près d’une cinquantaine de visites, d’immersions et d’auditions d’acteurs de l’enseignement en France,
  • la loi renforçant la lutte contre les rodéos motorisés,
  • la sortie des jeunes majeurs de l’ASE,
  • une commission d’enquête parlementaire sur l’inclusion des élèves handicapés dans l’école,
  • un siège au conseil de surveillance du canal Seine Nord Europe pour l’Assemblée,
  • 36 questions écrites, 4 questions orales sans débat et au gouvernement,
  • la création de l’assemblée interparlementaire franco-allemande,
  • les groupes de travail sur le handicap, les liens école-monde du travail, la sécurité, la santé à l’école,
  • deux nominations comme référente du plan de lutte contre la pauvreté et comme référente En Marche Hauts-de-France dans le cadre du Grand Débat,
  • un soutien indéfectible aux anciens combattants,
  • des milliers de courriers et de mails,

Des jours et des nuits dans l’hémicycle, des collègues fantastiques, des collaborateurs de groupe super réactifs, une administratrice à la commission des finances formidable , le personnel de l’Assemblée toujours bienveillant, des kilomètres de train, de voiture, de métro, quelques litres de café et des tonnes de fraises tagada…

2 ans en tant que députée en circo, c’est :

  • avoir obtenu du Ministère de l’Intérieur la nomination de quartiers à Roubaixen Quartiers de Reconquête Républicaine (QRR) dans le cadre de la Police de Sécurité du Quotidien (PSQ), avec des effectifs de police supplémentaires à la clé,
  • plus de 500h de permanence tenues,
  • 2 comités de suivi montés pour s’assurer de l’efficacité, en circo, des actions en faveur des plus démunis (plan pauvreté) et contre les inégalités face à l’emploi (emplois francs), Avoir fait venir en circo le Président de la République, le Premier ministre, tout plein de Ministres, une vice-présidente de la Commission des Affaires culturelles de l’Assemblée,
  • mais aussi et surtout des AG, des portes ouvertes, des inaugurations, des banquets, des soirées festives, des lotos, des fêtes d’école de quartier des kermesses, des tournois sportifs, des concerts des galas… Bref, tout ce qui fait la richesse de la vie associative, si dynamique et si précieuse, à Roubaix et à Wattrelos !

J’oublie sûrement plein de choses mais surtout de l’humain. La team 5908, mes collègues élus, les marcheurs, les sympathisants, ma famille, mes amis, les directeurs d’associations. Merci à toutes et à tous.

Désormais, cap sur la suite, avec pour principaux objectifs :

  • lutter contre la délinquance et les trafics de drogue
  • lutter contre le gaspillage alimentaire
Partagez sur

Assurance chômage : droits étendus pour les travailleurs, responsabilités accrues pour les employeurs

Le 18 juin, le Premier ministre et la Ministre du Travail ont présenté la réforme de l’Assurance Chômage à venir.

Je soutiens pleinement cette réforme, compte-tenu des mesures adaptées qu’elle propose pour poursuivre 4 objectifs.

Source : Ministère du travail

1. En finir avec le recours abusif aux contrats courts

L’enchaînement de contrats courts ne permet pas aux salariés de trouver durablement un emploi. Cette situation nuit également à la stabilité des situations de vie des salariés concernés et de leur foyer.

Or, les embauches en contrats de moins d’un mois ont été multipliées par 2,5 en 20 ans et représentent aujourd’hui 70 % du total des embauches. Certaines entreprises abusent de ces contrats en y ayant recours de façon permanente, alors qu’ils sont censés permettre à une entreprise de remplir uniquement des tâches ou des fonctions non durables. Ainsi, parmi les contrats de moins d’un mois, 85 % correspondent à des réembauches chez le même employeur. Ces recours abusifs ont un coût : les indemnités chômage versées aux chômeurs ayant enchaîné des contrats courts excèdent de 9 Md€ le montant des cotisations versées par ceux actuellement employés en contrats courts.

Aussi, je soutiens totalement les mesures mises en œuvre par le Gouvernement pour que les entreprises de 7 secteurs d’activité (*) soient incitées à recourir au CDI ou à rallonger la durée des contrats courts.

2. Réduire le niveau d’indemnisation des plus hauts revenus, par souci d’équité

Toutes les cotisations salariales d’assurance chômage ayant été supprimées depuis octobre 2018, les montants d’indemnisation des chômeurs aux plus hauts revenus sont décorrélés du montant de leurs cotisations et ne se fondent plus que sur le niveau de vie lorsqu’ils avaient un emploi.

Or :
– d’une part, ces personnes sont essentiellement des cadres, confrontés à un faible taux de chômage (3,8 %) : leurs compétences sont demandées sur le marché du travail et ils peuvent très rapidement retrouver un emploi ;
– d’autre part, on observe que plus l’allocation chômage moyenne d’une personne est élevée (en raison de ses revenus précédemment plus élevés), plus elle a tendance à rester longtemps au chômage.

Source : Ministère du Travail

Par conséquent, je soutiens pleinement la mesure proposée par le Premier ministre consistant à réduire de 30% le montant de l’allocation après 6 mois de chômage pour les personnes qui avaient un revenu du travail supérieur à 4500€ bruts par mois. La mise en place d’un plancher, fixé à 2 261€ par mois, et la non-application de cette mesure pour les demandeurs d’emploi de 57 ans et plus, témoignent de la justice et de la sagesse du Gouvernement : l’objectif n’est pas de « prendre l’argent aux riches », mais que l’indemnisation du chômage protège prioritairement ceux qui en ont le plus besoin, sans priver quiconque de ses droits.

3. Étendre le droit à l’indemnisation à tous les travailleurs

  • Pour les démissionnaires : tous les salariés ayant au moins 5 ans d’ancienneté dans leur entreprise auront droit à l’assurance chômage quand ils démissionnent pour réaliser un projet professionnel. Cette mesure s’appliquera dès le 1er novembre 2019 ;
  • Pour les travailleurs indépendants : l’indemnisation sera de 800 € par mois pendant 6 mois.

Tout travailleur, quel que soit son statut, pourra ainsi bénéficier d’allocations chômage.

De plus, toute personne ayant un projet de reconversion professionnelle pourra se lancer sans avoir, au début, à poursuivre une autre activité en parallèle !

4. Mettre un terme au déficit chronique et à la dette de l’Assurance chômage

L’ensemble de ces mesures devrait permettre de réaliser 3,4 milliards d’euros d’économies d’ici 2021. Elles permettront de réduire peu à peu la dette de l’Assurance chômage, qui atteint aujourd’hui 36 milliards d’euros, ce qui équivaut à 1 250€ environ par ménage.

Notre système d’Assurance chômage est destiné à apporter une solidarité entre les personnes en âge de travailler d’une même génération, et de protéger les revenus de chaque foyer en cas de crise économique, de crise industrielle ou de faillite d’entreprise.

Alors que le taux de chômage décroit et que la croissance accélère, il n’est pas juste que les comptes de l’Assurance chômage soient déficitaires. En effet, cette situation signifie que les prestations chômage étant supérieures aux cotisations, les générations futures de travailleurs devront rembourser l’écart, avant même qu’elles puissent bénéficier elles-mêmes de ces prestations ! Je m’y refuse, car ce serait faire preuve d’irresponsabilité et d’injustice envers elles.

—————————————————————-

(*) Les secteurs concernés par l’instauration du système bous-malus seront : l’industrie agroalimentaire ; la production/distribution d’eau ; l’hébergement et restauration ; les transports et l’entreposage ; le travail du bois, du papier et de l’imprimerie et du caoutchouc et plastique.

—————————————————————-

Partagez sur

DGFIP : la trésorerie de Wattrelos évoluera en accueil de proximité du public

Dernièrement, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin m’a fait part du projet du gouvernement de moderniser notre accès aux antennes du service public dans notre circonscription. Il n’existe aujourd’hui qu’une trésorerie dans la 8ème circonscription. Le projet consistera à implanter une nouvelle antenne d’accueil de proximité à Wattrelos.

Cette mutation s’inscrit dans un contexte d’enclavement des territoires vis-à-vis du service public à l’échelle nationale. En effet, depuis 2012, ce sont près de 700 points de contacts, soit 18%, qui ont fermé sur le territoire. Nous devons répondre à ce manque de contact avec les français.

C’est pourquoi, suites aux annonces du Président de la République, je soutiens la transformation du réseau de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP) vers une adaptation des évolutions démographiques et des pratiques des français en zone rurale.

En enclenchant une mission de concertation et en accroissant de près de 30% les antennes du service public en France, notre gouvernement souhaite reconnecter avec les territoires oubliés et répondre davantage aux besoins des usagers. En effet, le sentiment d’abandon de l’État ne cesse de se développer dans les territoires enclavés, il est donc de notre devoir de réduire les inégalités entre les territoires.

C’est dans une logique de complémentarité et d’une meilleure prise en charge physique et des télédéclarations émises par 65% des Français. Le processus de dématérialisation et la multiplication des démarches en ligne seront concentrés pour permettre une meilleure efficacité dans le traitement des demandes. En déployant un accueil physique de proximité à Wattrelos dans les maisons France services ou encore dans la mairie, nous controns la disparition programmée des accueils du service public.

Une nouvelle organisation pour de meilleures prestations, c’est la garantie de la protection de l’État par notre gouvernement dans nos territoires. Je soutiens le renforcement de ce dispositif pour que les citoyens de la 8ème circonscription puissent renouer avec le service public.

Partagez sur

Accélération écologique, justice sociale et pouvoir d’achat : exigences citoyennes, priorités politiques

Ce mercredi, le Premier ministre a prononcé son second discours de politique générale depuis le début du quinquennat.

Au cours des 12 prochains mois, l’accélération du virage écologique de notre économie, le renforcement de la justice sociale et l’augmentation du pouvoir d’achat seront au cœur de l’activité parlementaire et de mon action.

Accélération écologique

Comme le Premier ministre, je crois en un modèle d’économie de marché régulée par le politique et la préservation de l’intérêt général ; je crois à l’innovation pour créer de la richesse ; je crois possible « un nouveau modèle économique qui produise des richesses, donc de l’emploi, sans salir, sans contaminer, sans détruire, sans condamner ceux qui viendront après nous ou qui vivent loin de nous » pour reprendre les termes employés par le Premier ministre.

Concilier croissance et réduction des gaz à effet de serre (GES) n’est pas seulement possible : c’est un impératif. Vouloir opposer croissance et GES, cela signifierait que la réduction des GES passerait par la « décroissance », c’est-à-dire la disparition de secteurs d’activité, de pans entiers d’industrie, donc d’emplois. C’est précisément ce type de projet de société qui a créé un ressentiment chez toute une part de la population, qui a manifesté en nombre pour exprimer le fait qu’elle ne voulait pas être la « laissée pour compte » d’une transition écologique radicale qui ne prêterait pas attention aux fragilités de chacun. Au cours des prochains mois, nous aurons deux objectifs :

1. Rendre plus propre notre économie, en réduisant le gaspillage, en repensant la façon dont nous produisons et consommons notre énergie, ainsi que la façon dont nous nous déplaçons. Pour ce faire, nous avons besoin d’objectifs ambitieux pour réduire notre impact sur l’environnement. C’est précisément ce que notre majorité va porter au cours des prochains mois, avec :
– l’examen du projet de loi d’orientation des mobilités
– l’examen du projet de loi énergie-climat, qui comporte un objectif « zéro émission nette » en 2050 et un objectif de 40% de réduction, d’ici 2030, de la consommation d’énergies fossiles ;
– un projet de loi anti-gaspillage, qui sera examiné en septembre prochain et prévoira un objectif de 100% de plastique recyclé ainsi que la possibilité de mettre en place des systèmes de consigne sur certains emballages et d’imposer l’incorporation de plastique recyclé dans toutes les bouteilles en plastique à usage unique.

2. Montrer l’exemple. D’ores et déjà, le Premier ministre a souhaité que la République montre la voie, en annonçant la suppression des produits en plastique jetables dans l’administration dès l’année prochaine.

Justice sociale

Lutter contre les inégalités de destin, les inégalités sociales, les inégalités nées de logiques corporatistes, les inégalités face à la violence, les inégalités face au travail : c’est le cœur de mon engagement politique.

A ce sujet, la feuille de route est longue, car les injustices sont nombreuses, mais claire :

  • en matière d’éducation, l’école obligatoire sera obligatoire dès 3 ans à partir de la rentrée prochaine. Nous limiterons à 24 élèves par classe toutes les classes de CP et de CE1, afin que les conditions d’enseignement et d’apprentissage soient propices au partage du savoir. Cela impliquera d’accompagner les établissements scolaires dans cette évolution : directrice d’école avant mon élection, désormais rapporteure spéciale de la mission budgétaire « Enseignement scolaire » à la commission des finances, soyez assurés que j’y veillerai ;
  • en matière d’assurance chômage, les chiffres du chômage montre qu’enchaîner les contrats courts (CDD, intérim) ne garantit pas de pouvoir sortir durablement du chômage. Pour lutter contre les abus dans le recours aux contrats courts, le Gouvernement va mettre en place un système de bonus-malus sur les cotisations patronales sur ces contrats, afin d’inciter les employeurs à proposer des emplois stables ;
  • en matière de retraite, notre système fonctionne actuellement avec 42 régimes : ce n’est ni simple, ni juste. Avec le projet de loi portant réforme de notre système de retraite qui sera déposé en septembre prochain, un euro cotisé ouvrira le même droit pour tous, mettant ainsi un terme aux régimes spéciaux ;
  • les mères isolées doivent être protégées : en juin 2020, un mécanisme de sécurisation du paiement des pensions alimentaires, mis en œuvre par la CAF, sera mis en place ;
  • la lutte contre le trafic de stupéfiants, qui gangrène des pans entiers de notre territoire, sera une priorité de notre politique de sécurité au cours des 12 prochains mois. Je me bats de longue date contre ces trafics qui détruisent le vivre-ensemble et la paix dans nos quartiers, qui condamnent des jeunes à une vie sans avenir dans le deal et la drogue. Les renforts de police que j’avais sollicités, dans le cadre de la Police de Sécurité du Quotidien (PSQ), dans les quartiers de Roubaix et de Tourcoing, seront pleinement opérationnels cette année ;
  • enfin, la justice sociale ne peut pas s’accomplir si les services que l’État met en œuvre pour l’atteindre ne sont pas accessibles à tous. Ainsi, dès le 1er janvier 2020, 300 maisons de services publics seront créées. D’ici la fin du quinquennat, il y en aura 1 par canton. Les maisons « France services » proposeront toutes un socle de services commun. Vous pourrez y réaliser les démarches que vous effectuez aujourd’hui auprès de la caisse d’allocations familiales, des ministères de l’Intérieur, de la Justice, du Travail, des Finances publiques, de la caisse d’assurance vieillesse, de la caisse d’assurance maladie, de la mutualité sociale agricole, de Pôle emploi et de La Poste. A Wattrelos, un accueil de proximité remplacera bientôt la trésorerie actuelle de la direction des finances publiques pour mieux vous accompagner dans vos démarches fiscales.

Pouvoir d’achat

Enfin, avec les bons résultats de notre économie et la disparition de dépenses publiques inutiles ou inefficaces, je travaillerai avec le Gouvernement et la majorité à poursuivre la baisse de la pression fiscale qui pèse sur le portefeuille des classes moyennes.

Après la baisse des cotisations sociales et l’augmentation de la prime d’activité, l’impôt sur le revenu sera abaissé dès l’an prochain, aux deux premières tranches. Cette baisse concernera 15 millions de foyers, pour un montant moyen de 350€ par foyer sur la première tranche ; de 180€ par foyer sur la deuxième tranche.

La prime exceptionnelle sera reconduite l’année prochaine. Exonérée d’impôt sur le revenu, de cotisations sociales patronales et salariales et de prélèvements sociaux, cette prime s’adresse à des salariés dont la rémunération est inférieure à 3 SMIC, soit environ 3 600 euros net. Depuis sa mise en œuvre, 2 millions de salariés ont reçu une prime exceptionnelle défiscalisée, pour un montant moyen de 450 euros.

Enfin, la taxe d’habitation sur la résidence principale sera intégralement supprimée pour tous les Français à partir de 2022.

Au total, les impôts des ménages auront baissé de 27 milliards d’euros sur le quinquennat. Avec l’augmentation de la prime d’activité, le gain net de pouvoir d’achat sera de 1 000€ par ménage !


Partagez sur

Allez les BleuEs

Ce vendredi soir s’ouvre dans notre pays, la 8ème édition de la Coupe du monde féminine de football. Nos chères françaises affronteront la Corée du Sud dès 21 heures sur nos écrans. L’occasion de saluer avec brio le travail de l’équipe, mais également d’encourager le football dans son ensemble, encore aujourd’hui considéré comme un « fief de la virilité ».

En effet, si la situation a amplement évolué au cours du XXIème siècle, il ne faut pas oublier que les femmes ne représentent que 7% des membres de la Fédération française de football. Il est grand temps de balayer les préjugés et de changer un monde profondément dirigé par des hommes attachés à garder leur bastion favori. A l’approche d’un nouveau tournant de leur histoire, les Bleues sont donc déterminées à nous faire rêver et à décrocher la première étoile française.

Alors mesdames, nous vous suivons, nous vous soutenons, comme nous l’avons fait avec les bleus. Nous comptons sur vos talents respectifs pour démontrer que le football n’a pas d’étiquette genrée.

Impatiente de l’ouverture de la compétition, je leur souhaite tout mon courage dans cette course honorable et leur demande d’oser briller pour la nation.

N’oubliez pas selon les dires d’Eleanor Roosevelt : « personne ne peut vous faire sentir inférieur sans votre consentement »

Dare to shine !

Partagez sur