Une Abstention inquiétante.

Les élections départementales et régionales du dimanche 20 juin dans le canton de Roubaix 2 ont enregistré, comme partout dans notre région et en France, un taux d’abstention très inquiétant.

Au-delà des résultats bruts de ces scrutins, il conviendra de les étudier sérieusement et de s’interroger sur ce phénomène certes pas nouveau mais qui prend aujourd’hui une ampleur inédite, surtout dans l’électorat jeune, qui ébranle les fondements de notre démocratie et rend bien compliqué l’analyse de ce scrutin.

Sans surprise, même si on doit le déplorer, c’est le Rassemblement national qui arrive en tête avec 30.22% et sera donc présent au second tour. Il faut toutefois noter une forte baisse de son score par rapport à 2015 tant en nombre de voix qu’en pourcentage (-5000 voix et – 13%). Elle est bien plus importante que pour les autres candidats en lice.

L’autre binôme qualifié pour le second tour est celui que je soutiens constitué par Benjamin Cailleret et Soraya Fahem. Avec un score de 21.6%, ils ont réalisé un résultat honorable, dans un contexte de division, qui les place en situation de remporter ce canton malgré l’imposture de deux candidats qui se sont prévalus de soutiens politiques qu’ils n’avaient pas. Cette manière de tromper les électeurs est inadmissible et contribue à semer le doute dans une situation déjà bien compliquée.

Je regrette notamment le manque de responsabilité d’élus locaux qui pour des ambitions personnelles ont négligé le risque RN. J’en prends acte. Je consacrerai cette semaine à essayer de convaincre les abstentionnistes, notamment les jeunes qui ne sont pas mobilisés, de retrouver le chemin des urnes pour faire barrage à l’extrême droite bien sûr mais aussi pour défendre une certaine idée de la politique et un projet pour notre Département plus juste, plus solidaire et plus ambitieux.

J’en appelle aux électeurs qui ont voté au premier tour pour des candidats républicains. Il faut nous rassembler, au-delà de nos divergences légitimes, autour de Benjamin Cailleret et Soraya Fahem pour éviter que notre canton ne tombe entre les mains d’élus dangereux pour les plus démunis de nos concitoyens, totalement déconnectés du terrain, de notre vie quotidienne et qui se sont montrés complètement absents et incompétents dans leurs mandats précédents, au Conseil Régional et au Conseil Municipal de Wattrelos.

Partagez sur

Unis derrière Laurent Pietraszewski !!

Les dimanches 20 et 27 juin, nous allons être amenés à choisir qui conduira la région des Haust de France pour les 6 prochaines années.

L’enjeu de ces élections est cruciale, depuis la création de cette entité politique, la Région a vu ses compétences croitre de manière à en faire un des leviers essentiels des politiques publiques. Aujourd’hui, un exécutif régional doit promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique de la région, le soutien à l’accès au logement et à l’amélioration de l’habitat, le soutien à la politique de la ville et à la rénovation urbaine et le soutien aux politiques d’éducation et l’aménagement et l’égalité de ses territoires.

Il doit également être un relais central de la politique menée au national pour en démultiplier les effets.

C’est dans ce sens que j’ai choisi de figurer sur la liste de mon ami Laurent Pietraszewski sur une place non éligible.

Parce que je l’ai côtoyé sur les bancs de l’Assemblée, je sais que Laurent Pietraszewski a toutes les qualités pour devenir un Président de Région efficace et ambition pour l’ensemble des habitants des Hauts de France.

Avec lui et Eric Dupont-Moretti à ses côtés, je sais que les priorités que nous a fixées le Président Emmanuel Macron pour son premier mandat, seront respectées.

Avec un budget de plus de 3,8 milliards d’Euros, 6 chantiers s’offrent à nous à travers :

  • La Jeunesse avec les création d’un « Pass Liberté »,
  • Le Transport avec un plan massif de sécurisation,
  • L’Économie avec la création d’une Banque Régionale d’Investissements.
  • La Santé et la construction de 80 maisons de santé pour pallier aux déserts médicaux,
  • L’Environnement avec l’implantation de deux nouveaux parcs naturels,
  • L’Emploi et le doublement des aides à la mobilité pour les demandeurs d’emplois et des aides spécifiques pour les TPE/PMI.

Voilà toutes ces raisons, qui m’amène à soutenir sans faille et sans état d’âmes la liste conduites par Laurent Pietraszewski et il s’agit de continuer les réformes entreprises depuis 5 ans par les gouvernements successifs d’Emmanuel Macron.

Tous Unis pour les Hauts de France !

Partagez sur

Enseignants : des avancées sans précédents !!

Emmanuel Macron avait fait de l’éducation, l’une des priorités de son mandant et ce afin de remettre au cœur du système éducatif, la notion d’égalité des chances.

Ce principe intangible s’est traduit dès 20017 avec la mise en place du dédoublement des classes dans les quartiers défavorisés pour les CP-CE1. En 2019, c’est plus de 300.000 élèves qui ont bénéficié de cette mesure. En 2021, le taux d’encadrement atteindra les 5,82 professeurs pour 100 élèves ; pour rappel, il était de 5,46 en 2017.

Le Président Emmanuel et La Majorité Présidentielle ont fait des choix forts pour les générations futures et si aujourd’hui, il serait malvenu de dire que tous les problèmes sont résolus ; la volonté est toujours présente – et pour moi en particulier en tant qu’enseignante – de continuer dans cette voie.

Si les orientations éducatives sont essentiels, on ne pouvait laisser au bord de ces différentes réformes, ceux qui constituent la cheville ouvrière et irremplaçables que sont les enseignants.

La crise du Covid-19, si il fallait encore le démontrer, a mis en évidence qu’enseigner est une chose particulièrement difficile. Aussi, le gouvernement et Jean Michel Blanquer – Ministre de l’Education – ont souhaité mettre en place un Grenelle de l’Éducation dès l’automne 2020 qui associe l’ensemble de ses acteurs. L’objectif final de celui-ci est bien de continuer à moderniser l’Education National.

Cette modernisation avait également pour objet de mieux considérer les enseignants et par voie de conséquence de tendre aligner leurs revenus dans la moyenne haute des pays de l’OCDE – A ce jour, on accuse un déficit de 7% en début de carrière -.

Dès à présent, je ne peux que me féliciter de l’annonce de Jean Michel Blanquer qui a annoncé un effort sans précédent de quelques 1,1 milliards d’Euros au cours des deux prochaines années.

Oui c’est une avancée inédite !! Avec près du tiers des enseignants qui seront augmentés dès cette année.

Alors que notre pays a dû faire face à une crise sanitaire inédite tant dans son ampleur que dans sa durée ; Emmanuel Macron non seulement a fait le choix soutenir notre économie au prix d’une augmentation de la dette mais il a également choisi de montrer à quel point les enseignants devaient avoir la reconnaissance de la Nation.

En ces temps particulièrement troublés, il est plus que jamais essentiel de faire le « pari » de l’Éducation et cela passe également par une revalorisation de celles et ceux qui ont cette lourde tâche auprès de nos enfants.

L’Éducation engage non seulement l’avenir de nos enfants, elle engage aussi et peut-être plus que jamais le vivre ensemble !

Partagez sur

La sécurité, un enjeu de notre quotidien.

Depuis mon élection en qualité de Députée de la 8ème circonscription, j’ai eu toujours eu à cœur de défendre l’idée que si la sécurité était l’affaire de tous, elle était peut-être une des priorités dans les quartiers populaires au même titre que le combat contre le chômage.

Car comme l’a à juste titre rappelé notre Président : « La violence s’ancre d’abord dans les quartiers les plus pauvres, parfois délaissés au point que les difficultés économiques et sociales se sont enkystées, elle touche d’abord les plus modestes. Tous ont le droit de prétendre à une vie calme, où qu’ils habitent. Je me bats pour le droit à la vie paisible. »

Cette conviction m’anime depuis que j’ai commencé ma vie de militante. C’est pourquoi je me suis très vite investie sur ce terrain à mon arrivée à l’Assemblée Nationale.

Investissement qui s’est traduit dès 2018 avec la loi luttant contre les rodéos urbains que j’ai co-portée avec plusieurs de mes collègues

C’est aussi être régulièrement aux côtés des forces de police pour entendre et comprendre les difficultés de leur métier.

Alors contrairement à la droite qui n’a eu de cesse de diminuer le nombre d’agents dans les forces de l’ordre ou dans la Justice entre 2007 et 2012 ; Emmanuel Macron et les Députés de La République en Marche mettent leur discours en actes :

Et il me faut rappeler les faits depuis le début de ce quinquennat où la politique de sécurité du quotidien s’est traduite par :

👉 des renforts en effectifs dans les quartiers de reconquête républicaine, confrontés à une délinquance plus importante en matière de trafics de stupéfiants en notamment

📍Concrètement, c’est la mise en place de 58 quartiers de reconquête républicaine.

👉 des forces de l’ordre plus présentes sur le terrain et disposant de davantage de moyens

📍Concrètement, c’est 10.000 policiers et gendarmes de plus sur le quinquennat (dont 6.200 déjà recrutés)

👉 une lutte accrue contre toutes les formes de menace (terrorisme, séparatisme, délinquance, violences intrafamiliales etc.)

📍Concrètement, c’est une baisse de plus de 20% des atteintes aux biens sur l’ensemble du territoire et autour de 15% dans les QRR depuis 2017

👉 le maintien d’une offre culturelle, sportive, éducative, associative diversifiée et républicaine.

Voilà la réalité de nos engagement auprès de ceux qui sont les premières victimes de l’insécurité dans leur quotidien !!

Partagez sur