4 ANS DE MANDAT – 4 ANS D’ACTIONS (8/9)

Europe

Dès son discours de la Sorbonne, en septembre 2017, on a vu que le Président de la République allait s’impliquer fortement sur la scène européenne avec quatre thèmes majeurs : Une Europe qui protège, une Europe modèle dans le cadre du développement durable, une Europe de l’égalité et de l’équité sociale et une Europe qui doit devenir une grande puissance économique et monétaire sur la scène mondiale grâce à un renforcement de la zone Euro.

Les élections européennes de 2019 ont permis à 23 Députés de la liste Renaissance que j’ai soutenu de siéger aux Parlement européen. Ils ont pour mission de rendre l’Europe plus humaine, plus sociale et d’incarner l’engagement du Président en faveur de l’environnement et du développement durable.

Députée d’une circonscription frontalière, je suis particulièrement sensible aux problématiques européenne et transfrontalière (Protection sociale, fiscalité des travailleurs transfrontaliers, situation des Français établis en Belgique). C’est à ce titre que j’ai été désignée par mes collègues Députés pour siéger au sein de la nouvelle Assemblée parlementaire franco-allemande co-présidée par Wolfgang SCHAUBLE le Président du Bundestag et Richard FERRAND, Président de l’Assemblée Nationale.

Mais c’est surtout au niveau de la coopération des polices française et belge que je travaille avec le Député-Maire d’Estaimpuis, Daniel Senesael. Les délinquants passent souvent d’un pays à l’autre après avoir commis leur délit et les policiers ne sont, pour le moment, pas en capacité de procéder à des interpellations de l’autre côté de la frontière. Notre travail consiste à créer les conditions juridiques pour permettre de corriger cette situation et je reste particulièrement vigilante sur cette question.

Partagez sur

4 ANS DE MANDAT – 4 ANS D’ACTIONS (7/9)

Environnement

Si notre territoire connaît des problématiques majeures dans le domaine de l’emploi, de la précarité ou encore de l’éducation ; on ne peut oublier les questions environnementales.

Cet été, le GIEC a encore montré l’urgence climatique qui  pèse sur notre planète. Les enjeux sont colossaux pour nos enfants, nos petits-enfants ; les réponses apportées par le Gouvernement et le Président Emmanuel Macron tentent d’y répondre.

Néanmoins, il serait illusoire de croire que dans ce domaine, plus que dans tout autre, la France puisse avancer seule. Cependant la Convention Citoyenne pour le Climat, dans une démarche totalement inédite, a apporté près de 146 mesures pour avancer de manière pragmatique et raisonnée. La moitié de celles-ci ont déjà été approuvées par le Gouvernement.

Le Plan de Relance consacre près de 30 milliards d’euros à la transition écologique qui toucheront à l’innovation, la rénovation de logements avec « Ma Prime Rénov’ », les transports (avec déjà 1 millions de primes/bonus écologiques ou avec la prime à la conversion des véhicules polluants).

Dans ce domaine, il nous faudra aller encore plus loin avec nos partenaires européens en premier lieu. Cela sera aussi l’affaire de tous car si les États, au niveau mondial, ont un rôle déterminant pour changer la donne des prochaines décennies. Ce changement ne pourra se faire si au niveau individuel, nous ne changeons par certains de nos comportements qui peuvent avoir des effets négatifs.

Partagez sur

4 ANS DE MANDAT – 4 ANS D’ACTIONS (6/9)

Santé

La santé est l’un des services publics les plus indispensables à notre démocratie sociale. Très souvent, ce sont les plus modestes des françaises et des français, déjà éprouvés par des situations sociales et économiques difficiles, qui subissent les conséquences d’un difficile accès aux soins.

Durant les quatre années écoulées, je n’ai cessé de travailler au sein de groupe parlementaire et d’interpeller le Gouvernement sur l’impérieuse nécessité de tout faire pour que l’accès la santé soit garanti pour le plus grand nombre d’entre vous, et surtout qu’il puisse être de qualité partout sur le territoire.

Ainsi, depuis 2017, mon action de Députée m’a conduit à voter un certain nombre de mesures contenues dans la stratégie nationale « Ma Santé 2022 », dont voici quelques-unes :

L’entrée en vigueur du « 100% santé », qui permet l’accès à des lunettes, des prothèses dentaires ou auditives intégralement prises en charge par la sécurité sociale. C’est une avancée considérable depuis le 1er janvier 2021, dont je suis particulièrement fière : se soigner ne doit jamais être déterminé par le revenu !

La suppression du numerus clausus pour les étudiants en médecine, qui va permettre de former plus de médecins, et donc, de lutter plus efficacement contre les déserts médicaux partout sur le territoire. Dès la rentrée 2020 ce sont +20% de médecins formés supplémentaires !

Une augmentation des salaires de près de 183 euros pour les personnels de santé, à l’automne 2020, dans le cadre du « Ségur de la Santé ». C’est une hausse inédite que je salue,  qu’il nous faudra pérenniser.

A l’échelle de notre territoire, j’ai œuvré pour permettre que vous bénéficiiez au mieux des réformes votées à Paris et pour renforcer votre accès aux soins. Quelques-unes des nombreuses actions menées : 

Membre du conseil d’administration des centres hospitaliers de Wattrelos et Roubaix, j’ai été à l’écoute de l’ensemble des personnels soignants, avant et durant la pandémie inédite que notre pays traverse. Qu’il me soit permis ici de leur rendre hommage pour leur exceptionnel engagement à notre service depuis de nombreux mois.

J’ai alerté les pouvoirs publics afin que le plus grand nombre des personnels de santé, et notamment dans les centres hospitaliers de Roubaix et Wattrelos, puissent bénéficier des augmentations prévues dans le cadre du « Ségur de la Santé ».

Je suis pleinement et toujours actuellement engagée, et ce depuis mon élection à l’été 2017 à faire en sorte que la permanence des soins de médecine légale au centre hospitalier de Roubaix puisse à nouveau être une réalité.

Depuis que la Covid est arrivée dans nos vies, j’ai participé à de nombreux comités de liaison associant acteurs locaux, élus et professionnels de santé visant à piloter la meilleure stratégie possible de lutter contre la pandémie. Je suis particulièrement fière d’avoir œuvré à ce que vous puissiez avoir accès, dans des centres au plus près de chez vous, à la vaccination contre la Covid-19.

Partagez sur

4 ANS DE MANDAT – 4 ANS D’ACTIONS (5/9)

Solidarité

Notre territoire connaît une précarité importante. C’est un fait, à Roubaix, un habitant sur deux vit sous le seuil de pauvreté. La désindustrialisation de notre territoire a laissé des stigmates que nous nous efforçons de réparer en relançant l’économie et la culture pour le rendre plus agréable à vivre pour ses habitants et plus attractif.

Je suis optimiste pour notre circonscription, qui, au-delà de ses difficultés, a un potentiel incroyable !

Toujours plus proche de vous pendant mes permanences parlementaires, j’ai été confrontée à des situations personnelles difficiles.

Je tiens tout d’abord à vous remercier de la confiance que chacune et chacun d’entre vous m’a témoignée. Chaque dossier pris en charge par mon équipe et moi-même, l’a été dans la plus grande discrétion et dans le respect de la vie de privée de chacun.

La précarité est une réalité dans notre territoire, nous ne devons pas nous en cacher.

Mais nous ne pouvons accepter que la pauvreté soit une fatalité et nous habituer à cela. Lancée par le Président de la République Emmanuel Macron le 13 septembre 2018, la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, a engagé 5 axes sur lesquels l’État va investir massivement pour lutter contre les inégalités de destin.

bilan_encours_4

Engagement n° 1 : L’égalité des chances dès les premiers pas pour rompre la reproduction de la pauvreté.
Engagement n° 2 : Garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants.

Engagement n° 3 : Un parcours de formation garanti pour tous les jeunes.
Engagement n° 4 : Vers des droits sociaux plus accessibles, plus équitables et plus incitatifs à l’activité.

Engagement n° 5 : Investir pour l’accompagnement de tous vers l’emploi.

8,5 milliards d’euros sont consacrés à cette stratégie ambitieuse dont les maitres-mots sont « prévention » et « accompagnement ». Cette stratégie pauvreté inédite se déploie dans notre territoire où le taux de pauvreté est supérieur à la moyenne nationale.

L’ensemble des acteurs de terrain est pleinement mobilisé pour garantir une cohésion sociale d’autant plus fragile en ces temps de crise sanitaire.

Avec mes collègues Députés de la majorité présidentielle, nous avons voté à l’Assemblée nationale ces moyens financiers inédits pour faire face à l’urgence sociale.

Je reste particulièrement attentive à ce que cette action soit la plus efficace et la plus durable pour ceux qui en ont le plus besoin.

Partagez sur

4 ANS DE MANDAT – 4 ANS D’ACTIONS (4/9)

Emploi – Travail

Dans une circonscription où le chômage est endémique, la bataille pour l’emploi est indispensable à tous les niveaux. En relais de la politique menée par le Gouvernement au niveau national, j’ai apporté mon soutien à toutes les initiatives locales en faveur de la création et du maintien de l’emploi.

Des visites d’entreprises, au soutien des salariés qui luttent pour maintenir leur emploi ; j’ai également été attentive à tous les dispositifs de recrutement de Pôle Emploi. J’ai mis en  lien l’Education Nationale et les entreprises pour favoriser l’accession des jeunes à des stages obligatoires lors de leur scolarité et leur embauche à l’issue de leur formation. Mon action locale aura été très marqué par la lutte contre le chômage et l’insertion professionnelle.

Le Gouvernement et la Majorité présidentielle à laquelle j’appartiens ont aussi fait de cette problématique une priorité. Ces politiques avaient d’ailleurs commencé à porter leurs fruits avant l’arrivée de l’épidémie en 2020. Les aides massives apportées aux salariés et aux entreprises durant cette période ont limité l’impact de cette crise sanitaire sur l’emploi. Le plan de relance, de 100 milliards d’euros, a permis une relance de notre économie et la reprise des créations d’emplois. la croissance devrait d’ailleurs attendre les 6% en 2021.

Sans être exhaustive voici une liste des principales mesures qui ont été prises pour lutter contre le chômage :L’accompagnement des demandeurs d’emploi : ce plan d’actions pour lutter contre le chômage de longue durée apporte une réponse

globale, concrète et ciblée pour offrir une formation à chacun, aider à surmonter les obstacles de le vie (logement garde d’enfants…) et aider les

les entreprises qui recrutent des Demandeurs d’Emploi de Longue Durée. Initié en 2015, ce dispositif a été renforcé fin 2019 en particulier pour amplifier la formation des DELD aux métiers qui recrutent.

Plan « un jeune une solution » :  pour aider les 750 000 jeunes arrivés sur le marché du travail dès septembre 2020 mais aussi ceux qui sont aujourd’hui sans activité ou formation. Le plan 1 jeune 1 solution, lancé le 23 juillet 2020. Il mobilise un ensemble de leviers : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté afin de répondre à toutes les situations. Un exemple concret : une aide exceptionnelle de 5 000 euros est accordée aux entreprises pour recruter un alternant de moins de 18 ou de 8 000 euros pour recruter un alternant de plus de 18 ans. Le Gouvernement y consacre un budget de 6.7 milliards €. 2 millions de jeunes ont déjà trouvé un emploi ou une formation.

Le dispositif Emplois Francs pour lequel je me suis particulièrement impliquée, puisque 80% de la ville de Roubaix et la centralité du quartier Beaulieu et des Villas-Couteaux à Wattrelos sont en QPV, permet à un employeur de bénéficier d’une aide lorsqu’il embauche un habitant résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV).

Développement des initiatives locales soutenues par l’État comme « Territoires Zéro Chômeur ».

Depuis le confinement, de nombreuses aides ont été accordées aux entreprises (exonération de charges, prise en charge des loyers, subvention pour perte de chiffres d’affaires, prêts garantis par l’État…) afin de préserver les emplois et la capacité de production des entreprises. Les salariés ont également bénéficié d’aides exceptionnelles et les demandeurs d’emploi ont vu leurs droits étendus pendant toute la période de l’épidémie.

Partagez sur